Une vie de berger : libre, au rythme simple de la nature et des saisons

17 mai 2017 / James Rebanks



  • Présentation du livre par son éditeur :

Si vous avez une passion toute relative pour les moutons, si la vie de berger ne vous dit rien — ou alors de très loin, du fond de l’enfance ou des profondeurs de l’ennui — ouvrez ce livre d’exception. Pour la première fois de votre vie, vous allez compter les moutons sans vous endormir.

James Rebanks est berger. Son père l’était, son grand père avant lui. Six générations, un troupeau, deux chiens. « Je suis l’homme le plus heureux du monde. Quand je me réveille le matin, je sais que je vis à l’endroit où je rêve de vivre, je fais ce que j’ai envie de faire. » Ce qu’avoue aussi James, dans cette ode à la liberté qu’est Une Vie de berger, c’est le petit moment d’hésitation qu’il a eue, à dix-huit ans. Pour en avoir le cœur net, il a repris ses études, aller-retour à Oxford, double first en histoire à Magdalen, mais l’appel du fell a été le plus fort.

James utilise Twitter (92.000 followers), se déplace en quad mais vit au rythme simple de la nature et des saisons ; elles constituent les quatre parties de cette histoire d’un homme libre et de ses chiens.

Son livre s’est vendu dans le monde entier. Premier au Japon, en Allemagne, en Grande-Bretagne… Le succès ne connaît pas de frontières, les moutons non plus. Les bergers sont universels, comme l’est l’écriture savoureuse de cette confession unique, différente, rassérénante.

Traduit de l’anglais par Jean Esch


  • Une vie de berger. Histoire d’une homme libre et de ses chiens, de James Rebanks, éditions Slatkine, mois année, 288 p., 24 CHF (environ 22 €).

Source : éditions Slatkine




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le berger qui n’a pas peur des loups
10 mai 2017
Total, ou comment les multinationales sont devenues incontrôlables
À découvrir
26 mai 2017
La professionnalisation de la politique dégrade la démocratie
Tribune
27 mai 2017
À Istanbul, les potagers font vivre l’esprit de liberté
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre