Je fais un don
OBJECTIF : 55 000 €
24188 €   COLLECTÉS
44 %

Vaccination : les autorités n’écoutent pas les citoyens

27 janvier 2017 / Didier Lambert



Pour dissiper la méfiance grandissante de la population envers les vaccins, le ministère de la Santé lançait, il y a un an, une concertation nationale sur la question. Las : ses conclusions, explique l’auteur de cette tribune, sont très éloignées des avis formulés par les jurys citoyens et les préoccupations citoyennes formulées en ligne.

Didier Lambert est le porte-parole de la campagne pour des vaccins sans aluminium. Président de l’association E3M (Entraide aux malades de myofasciite à macrophages), il est favorable à une vaccination raisonnée et sécurisée.


Rappelons le contexte : 41 % des Français estiment que les vaccins ne sont pas sûrs. Le corps médical est lui-même de plus en plus méfiant. Ainsi, un tiers des médecins pensent que les adjuvants (substance rajoutée à certains vaccins pour renforcer leur efficacité) présentent un risque ; 20 % des médecins ne font pas confiance au ministère de la Santé ; et sur les 80 % qui lui font confiance, la moitié estime que les autorités de santé sont influencées par l’industrie.

« La vaccination, ça ne se discute pas », annonçait la ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 29 mai 2015. Cette position très dogmatique et peu scientifique repose sur trois principes intangibles :

  • La vaccination est un outil essentiel pour la prévention des maladies ;
  • Tout vaccin est efficace et utile ;
  • Ses effets indésirables sont quasiment inexistants.

Le corollaire étant que toute critique émise contre l’un de ces trois principes est rejetée et que leurs auteurs sont accusés d’être « des antivaccinaux ».

Si je partage la conviction que la vaccination est utile et nécessaire, je suis par contre en désaccord avec les deux affirmations suivantes.

Le 12 janvier 2016, la ministre de la Santé lançait une « concertation nationale sur la vaccination », animée par un comité présidé par le professeur Alain Fischer. Objectif : faire en sorte que la population retrouve confiance dans la vaccination. Des jurys citoyens et de professionnels de santé étaient mis en place, ainsi qu’une consultation citoyenne en ligne.

Le Pr Fischer précisait au lancement du débat : « Notre travail est de réfléchir et de tenir compte de ce que veulent les jurys citoyens. » Ceux-ci « émettront un certain nombre de propositions qui seront ensuite reprises par notre comité ».

Cette concertation est maintenant terminée et les conclusions ont été présentées en séance publique le 30 novembre 2016.

La question de l’indépendance du comité Fischer se doit d’être posée 

En tant que président de l’association E3M (qui rassemble des personnes atteintes de myofasciite à macrophages, maladie neurologique induite par l’adjuvant aluminium), j’ai participé à la formation des jurys. Je peux assurer que les conclusions du rapport sont très éloignées des attentes de la population :

  • La question de la toxicité de l’adjuvant aluminium est largement soulevée par les citoyens et les jurys. Mais elle est ignorée par le comité Fischer ;
  • L’arrêt de l’obligation vaccinale est souhaité par le jury des professionnels de santé et la moitié du jury citoyen. Mais le comité Fischer fait le choix inverse : il conseille d’augmenter le nombre des vaccinations obligatoires qui passeraient de trois à onze (dont huit avec aluminium), avec une « clause d’exemption » possible, les vaccins demeurant exigibles à l’entrée en collectivité. L’obligation vaccinale pourrait être supprimée ultérieurement, si la confiance des Français revenait ;
  • Les jurys ne veulent pas encourager la vaccination contre le papillomavirus (HPV — Gardasil ou Cervarix), qui fait l’objet de nombreuses critiques. Pourtant, le comité Fischer recommande le développement de la vaccination des jeunes filles et son extension aux jeunes garçons avec prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale. Étonnamment, cela correspond à une demande de l’industrie : « Les taux de vaccination contre le HPV sont insuffisants et en régression. » [Document remis par les industriels du médicament aux jurys citoyens et professionnels de santé le 16 septembre 2016.]

Les avis des citoyens et jurys n’ont été retenus que lorsqu’ils correspondaient à ce qui était attendu. Le Dr Langinier, membre et rapporteur du jury des professionnels de santé « concertés » par le comité Fischer, en est très conscient : « J’ai effectivement pensé, au vu de la présentation du professeur Fisher, que nous servions de substrat à des propositions qui étaient déjà dans le pipeline. »

La question de l’indépendance du comité Fischer se doit d’être posée. Plusieurs de ses membres sont fortement liés à l’industrie pharmaceutique, en contradiction avec la charte de l’expertise. Il s’agit d’une violation délibérée de la loi votée par les parlementaires à la suite de l’affaire du Médiator, puisque le comité Fischer en a débattu en son sein le 16 juin 2016 (page 101 et suivantes).

Parler de « démarche participative », de « concertation », pour en définitive rejeter une partie importante de ce que demandent les citoyens, est une attitude grave et dangereuse pour notre démocratie.

Marisol Touraine peut bien sûr valider les recommandations du comité Fischer et laisser à son successeur le soin de les appliquer, au risque majeur d’alimenter ainsi la méfiance de la population vis-à-vis de la politique vaccinale. Elle peut aussi entendre les critiques des personnes et organismes qui parlent d’une voix rationnelle, non dogmatique, fondée sur la science. La décision à venir concerne bien sûr la santé de nos concitoyens, mais elle touche aussi à l’essence même de notre démocratie. Il est de la responsabilité de la ministre d’en tenir compte.


Complément d’infos :




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Vaccins : il est temps d’en parler franchement

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Dessin : © Berth/Reporterre

THEMATIQUE    Santé
11 décembre 2017
Le mouvement antinucléaire est trop vieux, il doit se réinventer
Tribune
9 décembre 2017
Linky perturbe la vie des électrosensibles : le témoignage de Joséphine (VIDÉO)
Info
9 décembre 2017
Radio Bambou : La potion magique de Tarantula
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Santé