Village énergie à Montreuil

Durée de lecture : 3 minutes

31 janvier 2013 / par villalard

Forum sur la sortie du nucléaire et la transition énergétique
Samedi 2 février à Montreuil (93).


VILLAGE ENERGIE :

Forum sur la sortie du nucléaire et la transition énergétique

Samedi 2 février, Montreuil.

Ciné débat autour du film documentaire de la réalisatrice japonaise Hitomi Kamanaka - "Comme l’abeille qui fait tourner la terre".

Pour son troisième VILLAGE ÉNERGIE, Sortir du Nucléaire Paris présente les solutions de remplacement à l’électricité d’origine nucléaire, les "3E" illustrées par un film documentaire, rarement diffusé, qui a suscité l’enthousiasme de ses spectateurs.

Avant la catastrophe de Fukushima, des Japonais s’étaient déjà levés contre les centrales nucléaires. Avant les autres pays européens la Suède a progressivement remplacé cette périlleuse source d’électricité et a diminué sa consommation de pétrole.

Lire "L’île où les vieux disent non au nucléaire", un article de : Courrier international.

Programme :

MONTREUIL - Samedi 2 février.

14h Organisé par Sortir du Nucléaire Paris et Yosomono-net
Avec l’aimable participation de la maison des associations de la ville de Montreuil
Entrée libre

Hotel de ville
1 place Jean-Jaurès, 93100 Montreuil
Salle des fêtes, Métro Mairie de Montreuil

le programme en détail - localisation- à l’affiche.

Pour vous présenter le combat des habitants de l’Ile d’IWAISHIMA, nous laissons la parole à Béatrice Jaud, productrice des films "Nos enfants nous accuseront" et "Tous cobayes" :

Ce film indépendant a été projeté plus de 550 fois dans l’ensemble du Japon, par des groupes de citoyens de plus en plus nombreux à rejoindre le débat sur la politique énergétique, à s’insurger contre le gaspillage et la privatisation des ressources naturelles, le saccage de l’agriculture et de la pêche par la recherche de profits immédiats.

Nous y voyons comment les habitants d’Iwaishima, petite île située dans la mer intérieure de Seto à quelque 80 km de Hiroshima, mettent en échec depuis bientôt 30 ans la construction du complexe nucléaire de Kaminoseki par la compagnie électrique privée Energia.

Ils savent que « tout est lié » : le nucléaire, qu’on leur présente cyniquement comme le seul avenir possible pour une commune dont la moyenne d’âge est maintenant de 75 ans, transformerait les eaux fécondes de la baie de Ta-no-ura en plateforme de remblais et zone de rejets qui détruiraient à jamais une biodiversité exceptionnelle.

Ils refusent les dédommagements : « la mer n’est pas à vendre ! » – pas plus que d’abandonner le droit de pêche, le travail de la terre, la récolte des algues dont ils ont vécu et qu’ils veulent transmettre, propres, comme ils les ont reçus.

Ils résistent sans violence, solidaires et joyeux, soudés autour du jeune Yamato Takashi qui réorganise avec eux la production locale pour la vendre hors des réseaux de la grande distribution. Leur prochain objectif : l’autonomie énergétique.

Kamanaka Hitomi nous entraîne alors en Suède, dans la première commune auto-suffisante, ou dans un champ d’éoliennes du nord du Japon. Ce ne sont pas des modèles, mais des pièces apportées au débat. L’allégresse communicative de ce documentaire est d’abord un hommage à l’ingéniosité des humains qui, partout dans le monde, s’occupent d’inventer un futur autre que celui qu’on veut leur imposer.

Site officiel du film




Source : Sortir du Nucléaire Paris

Consulter par ailleurs : les événements de Reporterre

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Du même auteur       villalard