Vin Biologique : l’appellation est décidée

11 février 2012 / Alexandre Sieradzy (Bioaddict)



Bio, le « Vin obtenu à partir de raisins issus de l’agriculture biologique » ? Pas vraiment, puisque ce label ne nous dit rien sur la méthode de vinification. L’Europe vient de se mettre d’accord sur une appellation « Vin biologique », qui suppose notamment une moindre teneur en sulfites.


La très grande majorité des « vins bio », qui comportent le label AB, et que nous considérons comme des vins bio, ne sont pas totalement bio. Certes les raisins proviennent de vignes cultivées en respectant les règles strictes de l’agriculture biologique (pas de pesticides, ni d’engrais chimiques des synthèse, ni d’OGM...), et c’est déjà très important, car le raisin est le fruit dans lequel on trouve le plus de pesticides. Mais l’étape de la vinification n’est pas réglementée. Et chaque producteur de « vin bio » peut vinifier son vin comme il l’entend et ajouter, notamment, en quantité non limitée , des sulfites ( anhydride sulfureux) pour mieux le clarifier, le conserver et l’empêcher d’avoir un goût désagréable. Or les sulfites sont toxiques pour la santé, ils peuvent être notamment responsables d’allergie, d’asthme, d’eczéma, de maux de tête...

La mention que l’on trouve actuellement sur les étiquettes « Vin obtenu à partir de raisins issus de l’agriculture biologique » n’est donc pas un gage de totale qualité bio.
Pour éviter toute confusion entre les vins traditionnels et les vins bio auprès des consommateurs, la Commission européenne vient donc d’édicter de nouvelles règles pour le « vin biologique », afin de couvrir l’ensemble du processus d’élaboration du vin bio, du raisin jusqu’au vin. Et ces nouvelles règles concernant la vinification biologique s’appliqueront à partir de la récolte 2012.

Ainsi concernant l’étape de la vinification la teneur maximale en sulfites du vin bio est fixée à 100 mg par litre pour le vin rouge (150 mg/l pour le vin non bio) et 150 mg/l pour le vin blanc et rosé bio (200 mg/l pour le vin non bio), avec un différentiel de 30 mg/l lorsque la teneur en sucre résiduel est supérieure à 2 g par litre. Certains viticulteurs et notamment ceux qui produisent du vin bio en biodynamie considèrent qu’il ne faut pas utiliser de sulfites du tout. Mais sans sulfites la qualité gustative du vin et sa conservation sont difficiles à garantir.

Les producteurs de vin biologique qui respecteront ces nouvelles règles seront ainsi autorisés à utiliser les termes « vin biologique » sur leurs étiquettes. Les étiquettes devront également comporter le logo biologique de l’UE et le numéro de code de leur certificateur, et respecter les autres règles en matière d’étiquetage du vin.

« Au final, les consommateurs peuvent être certains que tout ’vin biologique’ aura été produit sur la base de règles de production strictes », a déclaré M Dacian Ciolos membre de la Commission européenne chargé de l’agriculture et de développement rural.

Enfin, outre le fait que ces nouvelles règles vont améliorer la transparence et favoriser une meilleure reconnaissance des vins bios de la part des consommateurs, elles permettront aussi de clarifier et de renforcer la position des vins biologiques français, et européens, au niveau international, car de nombreux autres pays producteurs de vin (États-Unis, Chili, Australie, Afrique du Sud) ont déjà mis en place des normes applicables aux vins biologiques.





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Bioaddict.

Photo : Le coin bio

Complément d’information : Le communiqué du 8 février de la Commission européenne relatif au vin biologique.

Ecouter aussi : Le vin que l’on dit bio est-il vraiment bio ?

24 octobre 2017
L’effondrement de notre civilisation est une bonne chose
Tribune
14 septembre 2017
Du glyphosate retrouvé dans la moitié des aliments testés par une ONG
Info
23 octobre 2017
Les Indiens d’Equateur ne résistent pas à l’idée de progrès
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre