Vive Nileva Jhulot

Durée de lecture : 2 minutes

22 juin 2011 / Hervé Kempf



Primaires d’Europe Ecologie Les Verts : Nicolas Hulot ou Eva Joly ?


Je me suis rendu à Lille pour écouter les candidats à l’investiture d’Europe Ecologie-Les Verts pour la présidentielle de 2012. Citoyen candide, je n’ai pas vécu la même chose que les journalistes politiques, mais peu importe. Incidemment, la jeunesse de l’assistance m’a frappé : une moyenne d’âge en dessous de 35 ans, voire 30. Qui a dit que les jeunes ne s’intéressaient pas à la politique ?

Si l’on observe les positions plutôt que les énervements naturels dans une situation concurrentielle, que retenir de ce débat du 15 juin ? Que les deux principaux postulants, Nicolas Hulot et Eva Joly, ne manifestent pas de divergence politique fondamentale. Le premier est indéniablement plus à l’aise sur l’écologie : « Qui dans cette campagne osera parler des changements climatiques ? D’une politique énergétique radicalement différente, et socialement acceptable ? Remettre en cause le modèle agricole ? Parler d’une refonte complète de la fiscalité et pas simplement avec la taxe carbone ? », dit-il. Et il « osera ».

Encore faut-il identifier les forces qui s’opposent à la transformation écologique et, de ce point de vue, Eva Joly est plus lucide : « Si l’on n’est pas capable de s’attaquer à l’économie parallèle des paradis fiscaux et des multinationales qui ne paient pas d’impôt, rien de ce dont nous parlons ne pourra se réaliser, parce que la réalité du pouvoir est là. »

Nicolas Hulot assure que « la pierre angulaire de notre programme est la justice sociale », tandis qu’Eva Joly annonce que « la transformation écologique ne sera pas indolore ». Voilà deux approches pertinentes.

Eh bien, que le vote choisisse. Mais l’essentiel est ailleurs. Ce dont témoignent ces primaires, c’est que l’écologie politique s’est élargie depuis quelques années et qu’en même temps, elle sait dorénavant articuler analyse environnementale et critique sociale.

Alors, madame, monsieur, voilà ce que l’on pourrait vous demander, en prolongeant ce qu’a dit Cécile Duflot en entrée du débat de Lille : les écologistes contestent une politique focalisée sur l’ego d’individus supposés supérieurs, telle que la met en scène l’élection présidentielle française. Nous avons besoin de coopération, de non-violence, d’une démocratie renouvelée. Alors, quel que soit le lauréat de cette primaire, la condition du succès final sera dans la capacité des deux ex-compétiteurs à unir leurs talents complémentaires pour emporter la vraie victoire : devancer le Front national, puisque tel est le défi politique. Madame, monsieur, soyez différents des autres, fixez des limites à votre ego, travaillez ensemble.






Source : Cet article a été publié dans Le Monde daté du 22 juin 2011.

Complément d’info : Le site de la Primaire de l’écologie

Lire aussi : Pour un tandem Eva Joly - Nicolas Hulot en 2012

Et : Dossier Hulot et Joly

23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
24 septembre 2020
Qui s’inquiète de la crise climatique ? Pas (vraiment) les Européens
Tribune
25 septembre 2020
Covid-19 : « Elle a bon dos, la science ! »
Entretien




Du même auteur       Hervé Kempf