Vivre le territoire autrement. Colloque pour une alternative à l’orthodoxie libérale à l’Université de Toulouse

Durée de lecture : 2 minutes


Le samedi
11
avril


L’Association des étudiants du master économie du développement des territoires de l’Université Toulouse I organise le colloque :

Vivre le territoire autrement

Nous organisons cette journée en temps qu’étudiants faisant partie d’une université. Université nouvellement auréolée de la présence en son sein d’un « prix Nobel » d’économie. Université qui a fait de l’orthodoxie libérale une religion, université qui enseigne la sacro-sainte science économique.

Nous souhaitons faire entendre une autre voix, loin de la science économique nous voulons faire de la politique. La politique comme remède au libéralisme, à la mondialisation, au capitalisme. Les lois des marchés et autres niaiseries, nouveaux instruments de déni démocratique, ont créé un état d’apathie général où tous les mécanismes se sont automatisés, où l’homme n’est devenu qu’un rouage, un élément non déterminant du grand système capitaliste.

Ce grand mouvement somnambule apporte son lot de malheurs et de désastres. Nous ne les voyons pas, ou feignons de ne pas les voir. Augmentation des inégalités, détresse au travail, crise des valeurs, changement climatique, érosion de la biodiversité…

Tous ces problèmes causés par une société lancée désespérément dans une quête de croissance et de puissance. Bien sûr quelques mesures sont prises par les pouvoirs politiques, inutiles tant elles sont insignifiantes.

Alors que faire contre la résignation ? C’est l’objet de la journée que nous organisons. Nous souhaitons montrer qu’il est possible de sortir de cette inertie. Nous souhaitons montrer qu’il est toujours possible de faire de la politique, qu’il est possible de se réapproprier l’espace public, le travail, la créativité, l’habitat, l’agriculture, le mouvement, l’altérité, le temps, l’histoire, la vie.

C’est dans ce but que nous avons souhaité faire intervenir à la fois des chercheurs, forces de propositions, et des acteurs déjà implantés sur le territoire, forces d’actions. Bien sûr ces forces de propositions et ces forces d’actions doivent entrer en synergie pour créer la capacité de changement.

Bien sûr nombre de chercheurs sont déjà acteurs et nombre d’acteurs sont également des chercheurs. C’est dans cette recherche de ce qui est fait et de ce qui peut être fait que se joue et se prépare dès aujourd’hui les alternatives pour le monde de demain.

Cette journée où tout le monde est convié, étudiant, enseignant, chercheur, mais aussi et surtout le citoyen se veut être une journée d’information et de réflexion, de rencontre et de collaboration, une journée d’action.

- Le 11 avril à Toulouse
à la salle San Subra,
2 rue San Subra



Source : Courriel à Reporterre

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête