A Montreuil, la boulangerie anarchiste fait du bon pain

Durée de lecture : 2 minutes

15 mai 2013 / Martine et Lucas


Ce n’est surement pas un hasard si la jeune équipe militante de cette boulangerie a choisi comme nom le titre éponyme du livre de Kropotkine, anarchiste communiste russe (1842-1921).

Cette Scop créée en avril 2010 (ouverture en septembre 2010) est composée de cinq salariés, Pierre, Thomas, Mathieu, Florence et Benoît, chacun étant responsable d’un secteur d’activité. Ici, l’autogestion n’est pas qu’une utopie mais est vécue quotidiennement.

Au cours de l’Assemblée générale qui a lieu tous les quinze jours, chacun fait un compte-rendu du mandat reçu pour les quinze jours précédents et les décisions sont prises pour la quinzaine suivante. Tout le monde touche le même salaire. Chacun travaille ici de 50 à 55 heures par semaine.

Le pain est issu de farine biologique provenant de Seine-et-Marne

Si la volonté est clairement affichée de fabriquer des produits de qualité, « la démarche est d’abord sociale, d’où le refus du ’tout bio’ pour les viennoiseries et pâtisseries car l’utilisation de beurre bio entraînerait une augmentation considérablement des prix, ce que nous ne souhaitons pas », nous dit Pierre, boulanger de formation.

Un tarif social existe d’ailleurs pour le pain, sur demande et sans justificatif de revenu, qui fait passer la baguette de 1 euro à 0,75 euro et le pain d’1 kg de 5,50 à 4,20 euros.
La démarche est également politique et une caisse de solidarité existe pour offrir du pain en soutien aux luttes (expulsés, squats, grévistes, etc.).

Cependant, pas de primitivisme, le pain est pétri en machine, et pas à la main, et le four électrique à basse consommation énergétique exclut le four à bois !

D’ailleurs, la consommation de farine par semaine s’élève à 1,7 tonne pour une production de 2,5 tonnes de pain.

Plusieurs gammes de pain sont proposées, toutes aussi appétissantes les unes que les autres : pain au levain et miel, pain aux graines de lin, baguette « préhistorique », clin d’œil ironique à la mode du retour à l’ancien et du « vintage ». Des sandwichs également aux noms évocateurs, Engels, Marx ou Bakounine ! Ou encore, les formules « Sortie de l’euro », payables en drachmes et en pesetas !

Pour rester dans les sous, notons que le budget de départ de l’équipe (achat du fonds de commerce, etc.) fut de 80.000 euros, monté à 240.000 avec les travaux (aide familiale, aide des réseaux et emprunt).

Cette petite entreprise autogérée s’inscrit-elle dans une démarche anti-productiviste ?

On le voit, la durée du travail excède largement la durée légale, mais ce travail a un sens, et l’absence de patron y contribue. La production est importante, mais c’est une production de qualité utilisant des farines biologiques et locales dans une démarche sociale et solidaire ouverte à tous.

Un seul souhait, que s’ouvrent un peu partout des boulangeries comme celle-ci !

Adresse : 47 rue de la Beaune , 93100, Montreuil.

Leur site



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article : La Conquête du pain

Photo : La Conquête du pain

Lire aussi : Favi, l’usine qui tourne sans chefs

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale