A Nantes, « capitale verte », l’écologie se retrouve à la poubelle‏

Durée de lecture : 1 minute

21 mai 2014 / Xavier Pétillon et Dimitri Royer

Anecdote significative rapportée des lecteurs. 200 sacs siglés « Accélérer le changement, Ecocity, Nantes 2013 European green capital », ont été retrouvés dans les poubelles du Centre des congrès de Nantes. Des sacs « en coton bio » censés éviter... le gaspillage. Tout un symbole.


Un proche qui glane à l’occasion, a récupéré le week-end dernier, dans les poubelles du Centre des congrès de Nantes un carton. Sans doute un déstockage pour faire de la place.

Dans ce carton d’emballage, deux cents sacs promotionnels titrés "ACCÉLÉRER LE CHANGEMENT - ECOCITY - NANTES 2013 EUROPEAN GREEN CAPITAL", et, comme l’explique l’étiquette, "en coton bio, fabriqués en Tunisie à partir d’un tissage réalisé à Laval".

À la poubelle, donc. Huit mois après le "fleuron" de Nantes Capitale Verte.

Il est déjà douteux que les besoins publicitaires imposent de cultiver une plante aussi consommatrice en eau que le coton, puis lui fassent parcourir plusieurs milliers de kilomètres à travers terres et mers afin de le transformer en sacs, qui seront finalement jetés sans même être déballés. Cela devient risible, quand on sait que les sacs ont été imprimés pour… l’«  Ecocity World Summit  », organisé à Nantes, en septembre 2013, dans le cadre de «  Nantes, capitale verte européenne  », et qui se donne notamment pour objectif d’«  organiser le dialogue entre les porteurs du modèle de développement urbain européen et leurs homologues des autres continents  ».

On a distribué les sacs pour qu’ils puissent encore servir.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Courriel à Reporterre

Lire aussi : A Nantes, championne du « greenwashing », le banquet écolo a été vampirisé par une multinationale


Merci de soutenir l’information libre et Reporterre :

23 septembre 2019
Perturber l’aviation, une « escalade dans la radicalité » théorisée par les activistes anglais
Tribune
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
24 septembre 2019
La PMA, comprendre de quoi l’on parle
Enquête