A Nantes, saccage au centre de l’information

Durée de lecture : 1 minute

4 mars 2014 / Nicolas de La Casinière

De dangereux casseurs de la vérité ont pris en otage la ville de Nantes. Spécialistes de la guérilla informationnelle, ils ont envahi Ouest France et Presse Océan le jour de la manifestation de Nantes le 22 février. Des reporters héroïques ont enquêté au péril de leur vie sur ces déprédations intolérables.


“Nantes saccagée“ lors de la manifestation du samedi 22 février ? C’est ce qu’a répété à satiété la presse locale, Ouest France et Presse Océan.

Le journaliste Nicolas de La Casinière et ses camarades ont passé ces affirmations à la moulinette de la vérification des faits. Ce qui ressort de leur travail est que c’est la qualité de l’information qui a été saccagée :


"Apocalypse Naoned" : le "saccage" de l... par apocalypsenaoned


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre.

Lire aussi : La véridique et surprenante histoire de la manifestation de Nantes.

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim