À Strasbourg, des marches Climat sous le ciel bleu

Durée de lecture : 3 minutes

23 septembre 2019 / Pascale Solana (Reporterre)

A Strasbourg, les 20 et 21 septembre, le climat a rassemblé plusieurs milliers de personnes. Cohésion et ambiance festive malgré l’inquiétude palpable face au dérèglement.

Grèves pour le climat, marches partout dans le monde, Assemblée générale des Nations unies sur le réchauffement, rapport du Giec sur les océans… À partir du 20 septembre, des événements majeurs marquent la mobilisation pour lutter contre le changement climatique. Un moment essentiel, que Reporterre a décidé d’accompagner par une série d’articles de fond, sous le sigle « Huit jours pour le climat ».


  • Strasbourg (Bas-Rhin), reportage

Après un vibrant discours et une minute de silence point levé pour réclamer « l’état d’urgence climatique » ou encore « le respect des engagements Stratégie nationale bas carbone », la marche pour le climat de Strasbourg s’est lancée depuis les pelouses fleuries de la place de la République, rebaptisée Place des Possibles. A l’appel du collectif de citoyens et d’associations Il est encore temps Strasbourg (Citoyens pour le climat), ils étaient plus de 5.000, de tous âges, tels Alice, étudiante, présente parce que « c’est une évidence », ou cette maman, son bébé contre son sein, et encore Charlie et Pauline, à peine trentenaires, qui voient dans les marches Climat « une cause qui rassemble et une convergence des problématiques car tout est relié ! ». Même avis pour Thierry Kuhn, représentant d’Emmaüs Mundo : « On nous dit depuis des décennies d’attendre le retour de la croissance alors qu’elle crée des inégalités, des exclusions, de la pauvreté et pour finir, détruit la planète. C’est le modèle qu’il faut changer ! » Consensus dans la foule.

De la rue des Grandes Arcades au quai des Bateliers, ils ont marché tandis que des militants en combinaison blanches, armés de pinceaux et de colle recouvraient d’affiches les panneaux publicitaires des abris de tram et les vitrines d’enseignes célèbres avec des slogans détournés déclenchant hilarité ou huées.

Le cortège a terminé sa course sur la Place des Possibles au milieu des stands des collectifs partenaires de la marche et de concerts alternant avec des prises de paroles.

En fin de journée, les organisateurs, décidés à maintenir la pression se félicitaient de la réussite et de la diversité d’une marche Climat sans tempête, où se sont unis écologistes et mouvements issus des luttes sociales et pour les droits humains, tels les gilets jaunes, la CGT ou pour la défense des réfugiés, avec des tactiques militantes différentes respectés.

Cette marche faisait écho à celle de la veille, vendredi 20 septembre, durant laquelle plus de 2.000 jeunes selon ses initiateurs, Youth for Climate (YFC), ont déambulé dans la vieille ville, aux cris de « Ne nous regardez pas, rejoignez-nous » entre badauds conquis et touristes incrédules. Ces centaines de voix encore claires s’élevant des ruelles étroites avaient de quoi donner le frisson.

Comme leurs témoignages : Sophia, 10 ans raconte qu’un hiver, elle devait faire de la luge dans les Vosges… « Mais il n’y avait pas de neige. J’ai demandé à mon père, pourquoi ? Il a répondu : à cause du changement climatique ! ». Les plus jeunes en appellent aux adultes pour agir. Pour les plus vieux, tels Olivier, 22 ans activiste de YFC, « il s’agit désormais moins de lutter pour le climat que de limiter la casse. Nous demandons aux élus la création d’une assemblée citoyenne chargée des questions d’écologie et une étude de faisabilité de la gratuité des transports à l’échelle de l’eurométropole. Les politiques n’ont pas été à la hauteur, nous voulons agir ! ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Pascale Solana pour Reporterre

Photos : © Pascale Solana/Reporterre

DOSSIER    Huit jours pour le climat

THEMATIQUE    Climat
19 octobre 2019
Rojava kurde : un projet écologique menacé par l’invasion turque
Reportage
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête
19 octobre 2019
Radio Bambou : et si on mangeait des fruits et légumes de saison ?
Chronique


Dans les mêmes dossiers       Huit jours pour le climat



Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)