Adresse désolée aux grandes ONG environnementales

24 septembre 2013 / Franck Laval

Franck Laval, d’Ecologie sans frontières, est un des initiateurs du Grenelle de l’environnement. Il stigmatise les grandes ONG qui ont accepté que les associations d’environnement et santé aient été exclues de la Conférence environnementale. « Trop occupées à la cogestion avec l’Etat, vous avez définitivement délégué la parole écologique à un parti vert rabougri »


Félicitations : en deux jours de Conférence Environnementale, tout ce que vous et nous (les ONG de l’environnement) avons bâti ensemble en sept ans, depuis le Pacte et le début du Grenelle, a été légué à une bande de dirigeants verts obsédés, non par la conservation de la nature, mais par la conservation de leurs ministères.

FNE , Humanisme et biodiversité, Ligue pour la protection des oiseaux, Surfrider, Fondation Nicolas Hulot, WWF, Amis de la Terre et Résau action climat : vous avez voulu la représentativité associative pour vous tout seul et voilà le résultat : les « grandes » associations de l’environnement ne pèsent plus rien, n’influencent plus personne, n’apportent plus d’idées innovantes et décapantes, n’intéressent même plus la presse. Trop occupées à la cogestion avec l’Etat, vous avez définitivement délégué la parole écologique à un parti rabougri qui compte entre 140 et 150 fois moins d’adhérents que nos ONG réunies ! Chapeau !

L’écologie n’est plus dans l’opinion qu’une longue suite de taxes, de contraintes, d’ennuis et de négociations politiciennes…

Comment avez-vous pu, depuis des mois et pour finir à cette conférence environnementale, laisser le parti politique des Verts s’exprimer à la place de tout le monde associatif et ainsi faire croire à l’opinion qu’ils sont les représentants de l’écologie en France ?

Combien d’années va-t-il falloir pour rattraper ce gâchis ?

Les ONG représentent le nombre ou/et la créativité ou/et les idées, le combat de terrain, la spécialisation, la crédibilité, le désintéressement, le courage et parfois le sens de l’intérêt général : en un mot, LE CONTRE-POUVOIR. Quand Alain bloque de son corps un convoi de chasseurs motorisés, j’y crois encore, mais pour le reste …

Où est passé le rêve, où est « l’utopie ou la mort » de René Dumont ? Où sont les nouvelles idées pour faire face à la crise écologique et entrainer avec nous TOUTE LA POPULATION ? L’écologie en France peut-elle incarner autre chose que des taxes, des plans de carrières ministériels, des compromissions honteuses avec les firmes les plus polluantes, des courses effrénées à toujours plus de subventions publiques et même pire : des distributions de légions d’honneur ?

Vous nous avez virés (le Rassemblement pour la Planète) de la représentativité nationale, dans votre obsession hégémonique, vous avez dégagé autour de vous aussi bien l’essentielle thématique de la santé-environnement et ses plus précieux spécialistes, que les plus ardents défenseurs des océans qui se meurent.

Et tout ça pour laisser les dirigeants verts (et le ministère de l’Ecologie) parler à votre (à notre) place !

Encore Bravo …





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre

Franck Laval est porte-parole d’Ecologie sans frontières, qui participe au Rassemblement pour la planète.

Photo : Actu Environnement

Lire aussi : Les associations de santé environnementale exclues de la Conférence sur l’environnement


19 avril 2019
La Défense bloquée toute la journée par les activistes du climat
Reportage
19 avril 2019
Notre-Dame : le bois de chêne de la charpente était « médiocre »
Enquête
19 avril 2019
7e leçon des jeunes au gouvernement : place à l’éco-construction
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre