Algues vertes : le désastre s’amplifie

28 avril 2017 / par Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)



Les marées vertes envahissent déjà les côtes bretonnes, avec deux mois d’avance sur les autres années. Les plans officiels échouent à endiguer le phénomène, qui est meurtrier : jeudi 27 avril, un tribunal de Saint-Brieuc examinait le cas de Thierry Morfoisse, décédé du fait des émanations toxiques des algues en décomposition.

- Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), reportage

La saison des marées vertes s’annonce précoce cette année, les camions-bennes ont commencé sur les côtes bretonnes leur mouvement pendulaire entre les plages et les déchetteries pour évacuer les tonnes d’algues qui se décomposent au soleil. D’habitude il faut attendre l’été, la période où ces algues s’amassent, se dessèchent et dégagent un gaz mortel : l’hydrogène sulfuré.

Ce gaz a son lot de victimes depuis les années 1980. La famille de l’une d’entre elles s’est rendue hier jeudi 27 avril au tribunal des affaires de sécurité sociale de Saint-Brieuc, demandant que soit reconnu comme accident professionnel le décès de Thierry Morfoisse, survenu le 22 juillet 2009 alors qu’il transportait une vingtaine de tonnes d’algues entre la plage de Binic et la déchetterie de Lantic, dans les Côtes-d’Armor. Le tribunal rendra sa décision le 15 juin prochain.

La famille de Thierry Morfoisse demande justice.

Maître Lafforgue, l’avocat de la famille Morfoisse, a ouvert son exposé dans la salle d’audience en énumérant les décès survenus sur les plages des Côtes-d’Armor. Trois décès, deux personnes ayant passé plusieurs jours dans le coma, des dizaines d’animaux morts, tous dans le même secteur de la côte nord bretonne depuis les années 1980. Le plus récent est survenu le 8 septembre 2016, lorsqu’un joggeur est mort dans l’estuaire du Gouessant, près d’Hillion. Le procureur de Saint-Brieuc a classé sans suite ce dossier le 4 avril dernier considérant que le lien entre son décès et la présence du gaz contenu dans les algues vertes n’était pas avéré.

Après une demi-heure d’argumentation, Maître Lafforgue a conclu : « Trop souvent, trop longtemps, il y a eu négation de l’évidence de la part de la Caisse d’assurance maladie, des entreprises, de l’État ; il a fallu qu’un cavalier perde son cheval en 2009, et que des associations environnementales se mobilisent pour avancer. »

Me Lafforgue s’entretient avec la famille de Thierry Morfoisse après l’audience.

Les associations comme Halte aux marées vertes et Sauvegarde du Trégor travaillent sur le problème des algues vertes depuis des années, essuyant des revers et remportant des victoires juridiques, comme en 2014 lorsqu’elles ont fait condamner l’État français pour non-application de la directive nitrates. Un travail sans relâche.

Dès la fin de l’audience pour Thierry Morfoisse au tribunal des affaires de sécurité sociale, les militants réunis ont parcouru les cent mètres qui les séparent du palais de justice pour réclamer une entrevue avec le procureur et lui signifier leur désir de porter plainte dans le cadre du décès du joggeur de septembre dernier, Jean-René Auffray.

Les algues vertes reviennent sans cesse depuis bientôt cinquante ans

Derrière les batailles juridiques, sur les plages, les algues vertes reviennent chaque année sans interruption depuis bientôt cinquante ans, engloutissant un budget conséquent pour les ramasser.

Des mesures ont été prises pour tenter d’enrayer le phénomène avec le premier plan de lutte contre la prolifération des algues vertes, mis en place pour la période 2011-2016 avec un budget total de 117 millions d’euros. Son objectif principal : améliorer les pratiques agricoles pour apporter moins d’azote aux sols ; azote qui se transformera, au fil de ses pérégrinations dans les nappes phréatiques avant d’atteindre la mer, sous forme de nitrates. La Région se félicite de ce premier plan montrant « ses effets bénéfiques pour la lutte contre les algues vertes : les volumes d’algues ramassés ont baissé ».

Alors que la prolifération de ces algues était en baisse depuis 2010, passant cette année-là de 64.000 m3 d’algues ramassées à 44.000 m3 en 2014, 2017 se profile comme une année prolifique avec des tapis d’algues recouvrant les plages dès le mois d’avril, alors qu’habituellement il faut encore attendre une paire de mois supplémentaires pour les voir proliférer. La faute à un hiver très ensoleillé, tendance poursuivie au printemps, et à une mer calme qui n’a pas dispersé les algues, les laissant s’agglutiner en attendant l’été.

Le premier plan algues vertes, doté d’un budget global de 117 millions d’euros, n’aurait utilisé que 22 % de son enveloppe, selon un rapport du ministère de l’Agriculture de mai 2015. Mais André Ollivro, de l’association Halte aux marées vertes, ne se fait pas d’illusion : « Ces plans ne sont pas efficaces, les budgets ne sont pas utilisés, on compte sur la bonne volonté des agriculteurs, ce n’est pas suffisant. La preuve, un joggeur est mort en septembre dernier. »

La prolifération de ces algues vertes a un coût humain, environnemental, mais aussi économique. De 2007 à 2009, la quantité de ces ulves ramassées est passée de 48.000 m3 à plus de 87.000, pour un coût de ramassage passant de 345.000 € à 800.000. À cela s’ajoutent les coûts d’épandage, mais aussi les conséquences indirectes, en termes d’image et de tourisme. Ainsi, un rapport du ministère de l’Environnement d’avril 2017 montre une inflexion de la fréquentation touristique, qui resterait malgré tout limitée.

Un deuxième plan de lutte contre les algues vertes doit être présenté pour la période 2017-2021 afin d’améliorer la qualité de l’eau et des pratiques agricoles. Une mission complexe dans la mesure où il faut des dizaines d’années pour nettoyer les nappes phréatiques et cours d’eau, car le temps que l’azote parte des sols pour finir dans une baie peut prendre des années.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le fléau des algues vertes empoisonne toujours la Bretagne

Source : Julie Lallouët-Geffroy pour Reporterre

Photos : © Julie Lallouët-Geffroy/Reporterre

DOSSIER    Mers et océans

29 juillet 2017
Radio Bambou pour les enfants : le camp sans déchets, l’étonnant oiseau batteur, et la Zad de Notre-Dame-des-Landes
Info
1er août 2017
Sous le soleil, ailleurs...
La vie de Reporterre
25 juillet 2017
Les radios pirates sont de retour... avec les luttes
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Mers et océans



Du même auteur       Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)