25 %
Objectif 30 000 €

Au Brésil, chaque semaine un défenseur de l’environnement est assassiné

29 septembre 2016 / Mathilde Dorcadie (Reporterre)



Au Brésil, près d’une personne par semaine a été assassinée en 2015 en raison de son engagement pour la défense de la nature ou la préservation d’un territoire. Ces crimes restent souvent impunis et augmentent de façon inquiétante année après année.

- São Paulo (Brésil), correspondance

Par une journée d’août 2015, Raimundo dos Santos Rodrigues et sa femme rentraient chez eux en moto lorsqu’ils ont été pris en embuscade sur une route de l’État du Maranhão, dans le nord du Brésil. L’homme de 57 ans a reçu sept coups de fusil avant d’être poignardé par ses agresseurs. Dans la région, Raimundo était connu pour son engagement au sein du Conseil de protection de la réserve biologique de Gurupi. Sa volonté de défendre la forêt amazonienne, en dénonçant le bûcheronnage illicite, lui avait valu plusieurs menaces de mort. Six mois après son assassinat, un propriétaire terrien et son fils ont été arrêtés pour avoir payé des hommes de main, avant d’être rapidement mis sous simple liberté surveillée. Maria, la femme de Raimundo, a survécu à l’attaque et a dû être placée dans un programme de protection des témoins.

JPEG - 154.6 ko
La réserve biologique de Gurupi.

Quelques mois auparavant, dans la même région, c’est Eusébio Ka’apor, un leader amérindien de 42 ans qui était assassiné dans des circonstances similaires : abattu par des hommes cagoulés sur le bord d’une route alors qu’il rentrait à son village. Lui aussi cherchait à défendre son territoire face aux pratiques de déforestation mafieuse, courante dans ces régions reculées d’Amazonie [1]. Après avoir demandé, en vain, l’aide des autorités pour mettre fin à ces pratiques illégales, les Indiens Ka’apor avaient décidé d’expulser eux-mêmes les trafiquants de bois de leur territoire.

« Tuer est devenu politiquement acceptable lorsqu’il s’agit d’intérêt économique »

L’année 2015 a été la plus sanglante d’après l’ONG britannique Global Witness, qui répertorie depuis une quinzaine d’années les assassinats de défenseurs de l’environnement à travers le monde. D’après son rapport On dangerous ground publié en juin, 50 personnes ont été tuées l’année dernière au Brésil, sur un total mondial de 185 assassinats. Un chiffre impressionnant, mais d’autant plus préoccupant qu’il a augmenté de 73 % par rapport à l’année 2014. « Tuer est devenu politiquement acceptable lorsqu’il s’agit d’intérêt économique », observe Felipe Milanez, journaliste spécialiste de l’Amazonie, ancien rédacteur en chef de National Geographic Brésil. « En 10 ans de travail [dans cette région], je n’ai jamais vu une situation aussi mauvaise », dit-il dans une interview au quotidien britannique The Guardian. « Tous mes amis, [...] militants des mouvements sociaux ou fonctionnaires de l’agence pour l’environnement ont peur d’être assassinés, comme jamais auparavant. »

JPEG - 44.8 ko
Le nombre de défenseurs de l’environnement assassinés entre 2010 et 2015, par pays, selon l’ONG Global Witness.

Le rapport de Global Witness, qui compile les données de plusieurs organisations de terrain, prévient que les chiffres donnés sont certainement sous-estimés, car de nombreux cas ne sont rapportés ni à la police ni aux médias. Certains assassinats ne sont parfois pas considérés comme liés à un conflit politique ou environnemental par les autorités. Ce fut par exemple le cas dans l’affaire du meurtre d’Ivo Barreto Filho, à Salvador Bahia, en 2014. L’homme de 48 ans est mort dans un apparent vol à main armée, quelques heures à peine après avoir dénoncé auprès du parlement local une pollution des eaux provoquée par une usine de la région. Par ailleurs, l’ONG souligne aussi la tendance préoccupante de certains États à « criminaliser » les activités de certains militants. « La situation au Brésil connait un véritable retour en arrière. Les mouvements sociaux en général sont de plus en plus vulnérables », analyse Alice de Marchi, chercheuse au sein de l’ONG Justiça Global, qui informe sur le travail des défenseurs des droits humains.

Des conflits territoriaux ancrés dans le passé colonial du Brésil

Les conflits territoriaux sont nombreux et ancrés dans le passé colonial du Brésil. Depuis des décennies, les communautés indigènes, les quilombolas, les paysans « sans-terre » affrontent les intérêts économiques des grands fermiers, des sociétés minières, des bûcherons illégaux ou encore des orpailleurs. « Les richesses naturelles du Brésil attirent des gens pour les exploiter. Les personnes qui vivent sur ces territoires se retrouvent menacées. Souvent, la défense de l’environnement se combine avec la défense des droits fondamentaux, économiques, sociaux et culturels », explique Alice de Marchi. Ces conflits ont toujours été violents et les pratiques de règlements de comptes ou de recours aux « pistoleiros », des tueurs à gages, existent depuis les premiers temps de la conquête du Brésil [2].

Malgré le retentissement mondial de certains assassinats comme ceux de Chico Mendes, en 1988 et de la religieuse états-unienne Dorothy Stang, en 2005, les violences perdurent. « Après la mort de Dorothy Stang, un programme de protection des défenseurs des droits humains a été créé par le gouvernement de Lula da Silva. Pendant un temps, la situation s’est calmée avant de s’aggraver à nouveau. Mais ce programme manque de structures et de moyens et donc d’efficacité », déplore la chercheuse de Justiça Global. La situation ne semble pas préoccuper les décideurs politiques actuels puisqu’en mai, au moment de la mise à l’écart de Dilma Rousseff, l’une des premières décisions du président intérimaire — et aujourd’hui au pouvoir —, Michel Temer, a été de supprimer le ministère des Droits humains, des Femmes et de l’Égalité raciale.

JPEG - 89.2 ko
La tombe de Dorothy Stang, à Pará, au Brésil.

En 2016, le décompte macabre ne s’est pas arrêté. En juin, le corps ligoté de Nilce de Souza Magalhães était retrouvé dans le bassin de rétention du barrage de Jirau dans l’état de Rondônia. La militante de 58 ans, qui défendait les pêcheurs et les populations atteintes par le barrage, avait disparu depuis cinq mois. Celle que tout le monde appelait Nicinha est l’une des 45 victimes recensées, entre janvier et septembre, par le Comité brésilien des défenseurs des droits humains.

JPEG - 92.6 ko
La militante environnementaliste Nilce de Souza Magalhães.

En 1989, Reporterre avait raconté la lutte héroïque de Chico Mendes

- Un article à retrouver en cliquant ici.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Greenpeace estime que 60 à 80 % du bois provenant d’Amazonie a été extrait de manière illégale.

[2Voir l’article « Occupation, villes et violence en Amazonie – Brésil » de Regina Beatriz Guimarães Neto, Lusotopie, 2003.


Lire aussi : Au Honduras, les assassinats de militants écologistes se multiplient

Source : Mathilde Dorcadie pour Reporterre

Photos :
. chapô : Déforestation au Brésil. © W. Pedro de Oliveira - Fotopublica
. tombe de Dorothy Stang : Wikipedia (Tomaz Silva/Agência Brasil/CC BY 3.0 br)
. Nilce de Souza Magalhães : Movimento dos Atingidos por Barragens

THEMATIQUE    International Libertés
3 décembre 2016
Cuba, le pays de l’agriculture biologique
Reportage
5 décembre 2016
EXCLUSIF : la carte des réacteurs nucléaires à l’arrêt. Des coupures de courant se préparent en cas d’hiver rigoureux
Info
5 décembre 2016
Le pire n’est jamais sûr : les bonnes nouvelles d’Autriche et des Etats-Unis
Edito


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       International Libertés





Du même auteur       Mathilde Dorcadie (Reporterre)