Au bal de la décroissance

Durée de lecture : 1 minute

15 juillet 2010 / Parti de la décroissance

Le vendredi 16 juillet 2010 à partir de 20h, Paris, bord de la Seine, square Tino Rossi.


C’est Parti Pour La Décroissance !

Suite au pique-nique Décroissance, aux ballades en vélo, aux manifs et en partenariat avec le Café-Décroissance parisien, nous vous invitons :

Au Bal Décroissance
Le vendredi 16 juillet 2010 à partir de 20h
Au bord de la Seine, square Tino Rossi, amphithéâtre du milieu.

La Décroissance est avant tout une remise en question de notre société de consommation, sans hypothéquer nos acquis démocratiques, sociaux et culturels.

La Décroissance n’est pas la décroissance de tout pour tous, ni un retour en arrière vers un pseudo bonheur perdu, mais bien un virage, une bifurcation, que nous devons prendre afin de sortir de l’engrenage destructeur de la société de croissance qui accumule dramatiquement les crises environnementales, sociales, économiques, culturelles et politiques.

Devant ce constat, il est urgent de dire à tous les citoyens qu’il ne s’agit pas de choisir entre « croissance et décroissance » mais bien entre une Décroissance volontaire et une récession subie.

Les problèmes sociaux et environnementaux de notre système ne pourront être résolus ni en ajustant quelques paramètres, ni par les seules initiatives personnelles.

Pour une Décroissance sereine, soutenable, conviviale et tout simplement humaine, retrouvons nous le 16 juillet au bord de la Seine, square Tino Rossi, amphithéâtre du milieu pour un « bal Décroissance » afin que la convivialité soit plus qu’un mot mais une façon d’être et de discuter ensemble d’alternatives, de propositions et d’actions à mener en Ile-de-France.

Pour une Décroissance sereine, soutenable et surtout conviviale.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Contact : http://www.partipourladecroissance.net

18 novembre 2019
Écolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat




Du même auteur       Parti de la décroissance