« Ce qui m’est dû », spectacle à Montreuil (Seine-Saint-Denis)

Durée de lecture : 1 minute


Le samedi
25
janvier




Ce qui m’est dû est un moment de théâtre chorégraphique qui part de l’intime et du corps pour questionner crûment le politique. Héloise Desfarges et Antoine Raimondi racontent par la danse et le jeu, l’histoire de leur propre prise de conscience écologiste. Une façon non culpabilisante, poétique et intelligente de prendre part à la lutte.
Puisant dans les pensées de Naomi Klein, André Gortz, du Comité Invisible, le duo activiste artistique témoigne d’une alternative politique.
De la ZAD à la COP, ils traversent les territoires du débat et récoltent les discours entendus, de la pharmacienne au président. Les mots et les mouvements sont une alchimie rythmée, qui repose la question de la connivence. Les mouvements d’Héloïse Desfarges décrivent l’écartèlement que chacun peut ressentir face à notre quête de cohérence. Comment vivre dans un monde en pleine crise écologique ? La danse s’oralise, le verbe s’incarne et le spectateur s’identifie. Il est invité à la responsabilité conscience, à une créativité lucide.
A la manière des conférences gesticulées, Ce qui m’est dû cherche à toucher les profanes tout en donnant du grain à moudre et du cœur à l’ouvrage aux militants chevronnés.
« Rageur et rigolard, malin dans la forme et imparable sur le fond, le spectacle touche juste » La Scène





Lire aussi : https://www.proxidoo.com/atom/event...

25 janvier 2020 à 20h30
Théâtre Municipal Berthelot - Jean Guerrin 
6 rue Marcellin Berthelot 93100 Montreuil 
Réservations : 01 71 89 26 70 / [email protected] 

Article complet sur Reporterre :
https://reporterre.net/Ce-qui-m-est-du-un-emouvant-spectacle-sur-la-prise-de-conscience-ecologique



Documents disponibles

  Sans titre
11 juillet 2020
Antennes téléphoniques : des enfants italiens invoquent le principe de précaution
Tribune
11 juillet 2020
Pièges à lapin, plantes comestibles et purificateurs d’eau : j’ai suivi un stage survivaliste
Reportage
15 mai 2020
Masques : l’État méprise l’organisation spontanée des couturières
Alternatives