Ce week-end verra fleurir les initiatives pour le climat

Durée de lecture : 3 minutes

29 mai 2015 / Natacha Delmotte (Reporterre)

A l’appel de la Coalition Climat 21, ce week-end verra fleurir partout en France des initiatives de citoyens et d’organisations. L’union fait la force, et cette mobilisation se veut « massive, diverse et inclusive » pour peser d’ores et déjà en vue de la COP 21 de Paris.


Un pique-nique climatique à Paris, un Science Tour Climat à Avignon, un rassemblement festif et militant à Rodez dans l’Aveyron, ou encore une grande marche de protestation contre les fermes-usines… Ce week-end, partout en France, les citoyens et les organisations se mobilisent pour le climat, à la suite d’un appel lancé par la Coalition Climat 21.

Créée en 2014, la coalition réunit une petite centaine d’organisations, liées ensemble pour préparer la COP 21. L’union fait la force, dit le proverbe, et c’est par ce biais que la coalition espère peser. « Son premier objectif est de dialoguer d’une seule voix, afin de permettre une mobilisation de masse », explique Juliette Rousseau, coordinatrice pour Coalition Climat 21. La coalition est aussi l’interlocutrice en France de l’ensemble des réseaux internationaux qui préparent la COP 21.

Lancé il y a quelques mois, l’appel aux 1 000 initiatives fait partie de cette volonté de mettre en place une « mobilisation massive, diverse et inclusive », comme la qualifie Juliette Rousseau. L’idée : sur un même sujet, plusieurs problématiques peuvent se dégager selon les points de vue. Et la meilleure façon d’avoir une vision globale des enjeux du climat est de confronter les points de vue, dans une action collective. « Le climat peut concerner l’emploi pour certains, les énergies pour d’autres, ou encore la solidarité et les problématiques liées à l’immigration », détaille Juliette Rousseau.

- CLIQUER ICI pour retrouver tous les événements sur la carte interactive des initiatives

Les 1 000 initiatives

Pour encourager les initiatives, la Coalition Climat 21 a tout prévu avec le kit de mobilisation. Il indique les différentes actions possibles, de la distribution de badges ou d’autocollants dans la rue, à la rencontre organisée avec des intervenants. Les organisations membres de la coalition ont, elles, mis en place des initiatives à l’échelle locale.

Ce sont finalement 500 actions diverses qui se déroulent le week-end du 30 et 31 mai. La date n’a pas été choisie par hasard. « Le dernier week-end de mai est un week-end de forte mobilisation à l’international : des actions sont prévues aux États-Unis, en Allemagne, à Tunis. Certains événements proches sont aussi propices avec la tenue du G7 ou le départ du tour tandem d’Alternatiba, qui aura lieu le 5 juin ».

A Saint-Etienne, l’association « Compostons Collectif ! » inaugure un bac à compost collectif le 30 mai. A Lille, plusieurs associations ont prévu une parade à vélo. A Pau, une activité artistique marquera le week-end, « un ruban pour le climat » proposera à chacun d’écrire une réflexion sur le climat sur un ruban. A Paris, la Coalition Climat 21 organise quatre heures pour l’environnement le 31 mai, avec notamment la projection d’une conférence de Naomi Klein suivie d’une table ronde avec des associations.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Txtex Etcheverry : « La bataille du climat se joue maintenant, si on la perd, on perd toutes les autres »

Source : Natacha Delmotte pour Reporterre

Photo : Coalition Climat 21

DOSSIER    Climat : de COP en COP

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP





Du même auteur       Natacha Delmotte (Reporterre)