Climat : l’Europe pas trop mal sur les gaz à effet de serre mais à la peine sur les économies d’énergie

Durée de lecture : 2 minutes

25 octobre 2013 / La Gazette.fr

L’Union européenne est en bonne voie d’atteindre ses objectifs en 2020 en matière de réduction de gaz à effet de serre (GES) et d’énergies renouvelables, mais est à la peine sur l’efficacité énergétique.


Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, l’UE s’est imposée pour 2020 de réduire ses émissions de GES de 20%, de passer à 20% la part des renouvelables dans sa consommation d’énergie et de réaliser 20% d’économies d’énergie. Un cap surnommé « 3×20 » issu du paquet climat-énergie adopté en janvier 2008 par la Commission européenne.

« Dans son ensemble, l’UE fait de relativement bons progrès en vue de réaliser ses objectifs », écrit l’AEE dans un rapport, qui précise néanmoins qu’« aucun Etat membre n’est en passe de les atteindre dans les trois domaines ».

Les GES en nette diminution, mais pas partout

Avec 18% de réduction de ses émissions de GES en 2012 par rapport à 1990, l’UE « est très proche de son objectif » de 2020 et devrait même le dépasser avec une diminution de 21% attendue en 2020. Mais tous les pays européens ne sont pas aussi bons élèves et six Etats membres (Autriche, Belgique, Finlande, Irlande, Luxembourg et Espagne) ne sont pas dans les clous.

Sur la question des énergies renouvelables, là encore, globalement l’UE est « en voie » de réaliser son objectif, estime l’AEE. Ces énergies alternatives aux ressources fossiles ont représenté 13% de la consommation d’énergie finale dans l’UE en 2011.

Un objectif d’étape pour 2011-2012 avait été fixé à 10,7% que six Etats membres n’ont pas atteint (France, Lituanie, Malte, Pays-Bas et Royaume-Uni).

Efficacité énergétique : la France bonne élève

Sur le volet de l’efficacité énergétique l’horizon est moins rose. Seuls la France, l’Allemagne, la Bulgarie et le Danemark réalisent de « bons progrès ».

L’AEE revient aussi sur le protocole de Kyoto qui imposait à l’UE des réductions de rejets de GES de 8% entre 2008-2012, par rapport à 1990. L’objectif est largement atteint dans la mesure où les 15 pays qui étaient concernés par ce traité, signé en 1997, ont diminué leurs GES de 12,2%.

La question de nouveaux objectifs de réduction de GES pour 2030, voire 2040, fait débat au sein de l’UE, qui émet 11% des GES dans le monde. La France, qui accueille en 2015 la grande conférence internationale sur le climat censée aboutir à un accord global sur leur réduction, plaide pour un objectif de baisse de 40% en 2030.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : La Gazette.fr

Photo : RMC.fr

Lire aussi : L’efficacité énergétique dans le monde ne progresse plus beaucoup

Et sans oublier que Chaque Français émet 9 t de CO2 par an, et non pas 6,7 tonnes.

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien