Comment les cyclistes réduisent la congestion automobile

Durée de lecture : 1 minute

24 octobre 2014 / Vélove (CarFree)

Le 22 septembre dernier, dans le cadre de la Journée internationale sans voiture, des cyclistes de Lettonie ont brillamment mis en évidence une énorme différence entre les vélos et les voitures : la quantité d’espace qu’ils occupent sur ​​la route.


Ces photos ont été réalisées par l’association « Let’s Bike It » et affichées sur le réseau social Vk.com. Elles montrent un groupe de cyclistes à Riga équipés d’une armature de la taille d’une voiture, probablement en bambou, afin de montrer combien d’espace ils prendraient si ils étaient en voiture plutôt qu’à vélo.

La conclusion ici est assez évidente : si les cyclistes étaient en fait dans des voitures, ils augmenteraient considérablement la congestion du trafic. D’autre part, faire sortir les gens de leur voiture pour les mettre sur des vélos apparaît comme un moyen efficace de réduire la congestion automobile.

Petit rappel historique, ce n’est pas la première fois qu’une démonstration de ce type est organisée. En 1981 déjà, les cyclistes québécois du MAB (Le Monde à Bicyclette) organisaient une Manif Spatiale (« Space Demonstration ») en circulant dans les rues de Montréal munis d’un cadre de bois occupant l’espace d’une automobile.

- Source : « Deux roues, un avenir » de Claire Morissette (Montréal) -

Cette manif spatiale a ensuite été reproduite à Edmonton, Minneapolis, et à Londres, où environ trente de ces vélos spéciaux ont été construits afin d’arpenter les rues de la ville.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : CarFree

Lire aussi : A poil mais peu nombreuse, la vélorution se moque des voitures

16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »




Du même auteur       Vélove (CarFree)