Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Comment les virus prospèrent dans les écosystèmes bouleversées

David Quammen, dans « Le grand saut », nous entraîne dans une enquête mondiale sur les zoonoses, ces infections animales transmises aux humains et responsables d’épidémies plus ou moins virulentes. Le bouleversement des écosystèmes est une cause majeure de leur multiplication.

  • L’avis de « Reporterre » — Cet ouvrage, résultat d’une enquête de plusieurs années, explique de manière vivante et pédagogique comment la science des virus s’est formée, à travers les expériences du Sida, de la fièvre Q, d’Ebola, etc. Ce travail remarquable conduit à deux idées fortes : il faut envisager les virus du point de vue écologique, comme des organismes qui cherchent à se développer, comme tout organisme vivant ; et les bouleversements des écosystèmes par l’activité humaine sont tels que des virus inconnus ne vont cesser de venir interférer avec les sociétés humaines. HK
  • Présentation du livre par son éditeur :

Un nouveau virus apparaît en Chine. On sait le tour dramatique qu’a pris cette émergence. La Covid-19, comme le Sras, Ebola, le VIH ou la grippe saisonnière sont des « zoonoses », des infections animales transmises à l’Homme et responsables d’épidémies plus ou moins virulentes. Comment se déclenche ce « grand saut » entre les espèces ? Pourquoi certains virus disparaissent quand d’autres ont des effets durables et dévastateurs ?

Pour répondre à ces questions, David Quammen nous entraîne dans une enquête mondiale. Les zoonoses n’apparaissent pas totalement par hasard, démontre-t-il. Le bouleversement des écosystèmes, lié en grande partie à l’activité humaine, favorise des sauts inattendus d’une espèce à une autre. Un virus qui s’introduit dans un nouvel écosystème a en effet deux options : trouver un nouvel hôte ou… s’éteindre. L’Homme — avec ses sept milliards de congénères — représente donc une cible privilégiée.

« Au fil de la lecture, nous avertit la préface de Pascal Picq, on ressent l’ambiance trouble, déliquescente, tragique d’un monde qui échappe inéluctablement à ses acteurs. » Oui, la menace plane : personne ne sait quand, personne ne sait où, mais une chose est sûre, il y aura d’autres pandémies.


  • Le grand saut. Quand les virus des animaux s’attaquent à l’homme, de David Quammen, éditions Flammarion, octobre 2020, 544 p., 25 €.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende