Contre les feux australiens, les collectes de solidarité font caisses pleines

Durée de lecture : 4 minutes

25 janvier 2020 / Lilas-Apollonia Fournier (Reporterre)

Les feux de forêts qui touchent une partie du pays ont suscité un élan de solidarité nationale, au point que les événements culturels se transforment en oeuvres caritatives.

- Melbourne (Australie), correspondance

30 millions d’euros. C’est ce qu’a réussi à récolter via Facebook Celeste Barber, comédienne et auteure australienne, depuis le lancement de sa cagnotte le 2 janvier. Réservée à Trustee for FWN Rural Fire Service and Brigades Donations Fund, l’organisation qui soutient les brigades de pompiers volontaires en Nouvelle-Galles du Sud, cette collecte de fonds est “la plus élevée jamais vue sur la plateforme”, selon Facebook. Au total, 73 millions de dollars australiens de dons ont été versés à 19.000 campagnes sur le réseau social, depuis novembre.

29 personnes sont décédées, 2.000 habitations ont été détruites et plus d’un milliard d’animaux ont disparu depuis le début des incendies sur la côte est australienne. Une tragédie qui a poussé de nombreuses célébrités à se mobiliser. L’acteur australien Chris Hemsworth a versé un million de dollars aux secours luttant contre les feux, tout comme le groupe de rock Tame Impala qui a indiqué cette semaine avoir donné 300.000 dollars. Kevin Parker, à la tête du groupe, a lui-même connu l’horreur des incendies lorsque sa maison louée sur Airbnb à Malibu, en Californie, a brûlé en novembre 2018.

“Tenir un événement sans même faire une levée de fond serait impensable en ce moment, ça serait mal vu”, juge un organisateur de soirées à Melbourne, qui préfère garder l’anonymat. En effet, dans les grandes villes, les manifestations culturelles se sont transformées en événements caritatifs. La plupart des cinémas de Sydney et Brisbane ont reversé 2 dollars par ticket vendu à la Croix-Rouge, l’Armée du Salut et à l’organisation pour le bien-être animal RSPCA le 19 janvier. Le célèbre Opéra de Sydney a, quant à lui, organisé le 16 janvier sur son parvis un spectacle d’humoristes et reversé les bénéfices à la Croix-Rouge, aux services de secours de la faune du Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud et à l’agence de lutte contre les incendies en Nouvelle-Galles du Sud NSW Rural Fire Service.

Un événement caritatif organisé par une entreprise du Victoria.

“Collecte ou pas, les gens se rendent à des événements et dépensent beaucoup d’argent. Mais si vous le faites de manière à ce que ça soit bénéfique pour les autres, c’est deux fois mieux”, soutient Maxim, co-fondateur du collectif techno Pharos, à Melbourne. Leur fête, organisée sur un roof-top en centre-ville ce mois-ci, a collecté 900 dollars, alloués à Neil Morris, un Australien qui vient en aide aux peuples aborigènes Yorta Yorta, localisés entre le sud de la Nouvelle-Galles du Sud et le nord-est du Victoria. Les dons serviront à l’aide à l’hébergement des victimes et à la distribution de biens de première nécessité. “Nous avons choisi cette cause car nous pensons que les peuples autochtones sont très souvent oubliés”, continue Maxim. Le trentenaire se réjouit de voir les habitants se rassembler. “Ca fait chaud au cœur de voir que les gens organisent des événements caritatifs qui aideront les communautés touchées par les incendies. Après tout, tout le monde est affecté d’une manière ou d’une autre”.

Mais certains se demandent où partent ces millions de dollars collectés depuis des mois. La Croix-Rouge, qui a reçu deux fois plus de dons que toutes les autres organisations, est sous les feux des critiques. Andrew Constance, un député du parti Libéral de Nouvelle-Galles du Sud, a vivement critiqué la lenteur de l’association, qui avait traîné à redistribuer les 115 millions de dollars reçus en juillet dernier pour soutenir les fermiers qui subissent une grave sécheresse. Il lui a également reproché de garder 10 % des dons pour les incendies dans sa poche. La Croix-Rouge s’est défendue jeudi 23 janvier en assurant que cet argent servait aux frais de leurs bureaux. Elle avait pourtant promis de reverser 100 % des dons.


Les nouvelles en bref

• Faune - Un appel urgent a été lancé dans l’Etat d’Australie-Méridionale pour venir en aide à la faune touchée par les feux sur l’île Kangourou. 120 volontaires sont nécessaires pour sauver les animaux qui risquent la famine.
Source : SBS

• Enquête - La police de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud va ouvrir une cellule de recherche pour enquêter sur tous les feux qui se sont déclarés dans l’Etat entre 2019 et 2020. 24 personnes sont décédées dans cette région de l’est de l’Australie pendant cette période. - Source : Canberra Times


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : le dossier de Reporterre sur les feux en Autralie

Source : Lilas-Apollonia Fournier pour Reporterre

Photos :
. chapô : L’Opéra de Sydney projette des images des pompiers (Environmental Info
. événement caritatif : Studco building systems

DOSSIER    Les feux en Australie

6 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État met en place la société de contrôle
Enquête
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Les feux en Australie





Du même auteur       Lilas-Apollonia Fournier (Reporterre)