Faire un don
35247 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
44 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Dans l’Hérault, le premier village de France sans publicité

Durée de lecture : 2 minutes

6 janvier 2014 / Thierry Dubourg (Midi Libre)

La nouvelle réglementation ouvre un boulevard à la publicité dans les villages de l’Agglomération de Montpellier. La mairie riposte. Les anti applaudissent. L’association Paysages de France qui ferraille contre « la pollution visuelle » de la publicité, a salué l’initiative de la municipalité de Lavérune.


La mairie a pris un arrêté pour interdire la pub dans le cœur du village. En fait, la situation dans ce domaine a changé en 2012, quand un décret a étendu les règles en matière de publicité dans les grandes villes, à l’ensemble des communes d’une agglomération.

« Désormais il était possible d’implanter des panneaux publicitaires de 8 ou 12 m2 à Lavérune. Nous avons dû réagir car nous avions ce type de demandes. Ce serait une pollution visuelle importante dans le vieux village. Avec la Direction départementale des territoires et de la mer, nous avons vu qu’il était possible de prendre un arrêté municipal pour l’interdire », explique Roger Caizergues, maire de Lavérune.

« La publicité en France ne respecte pas les normes en vigueur »

Les textes en questions permettent de protéger les bâtiments architecturaux pittoresques, artistiques ou historiques qui, à Lavérune, sont donc désormais à l’abri de toutes publicités dans un périmètre de 100 m autour du bâtiment concerné. « Ce qui n’inclut pas les enseignes commerciales », tient à préciser le maire.

« Cette démarche exemplaire aura permis, en moins d’un mois, de protéger totalement le cœur du village de toute agression publicitaire. Renforçant l’attractivité touristique de la localité et la visibilité des commerces », se réjouit Jean-Paul Rebouillat, le représentant de Paysages de France pour le Languedoc-Roussillon. L’association se targue d’avoir gagné une soixantaine de procès devant les tribunaux administratifs contre plusieurs préfectures en France.

Dans l’Hérault la préfecture se distingue par sa bonne volonté

Les sentinelles de l’association pistent les publicités illégales qui ne respectent pas la réglementation et en demandent leur retrait.

« Ce sont les préfectures qui en dernier recours sont responsables de la non-application de la loi. On se heurte à des lenteurs administratives et des refus. Ce qui n’est pas le cas dans l’Hérault où la préfecture se distingue par sa bonne volonté, note Jean-Paul Rebouillat. La publicité en France ne respecte pas les normes en vigueur. Nos actions pour faire appliquer la loi prennent parfois des années. À Montpellier, nous avons signalé plusieurs cas et nous attendons la réponse. »

En tout cas, à Lavérune, la question ne se pose plus.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Midi Libre

Lire aussi : Pour la 56e fois, la justice sanctionne la publicité illégale

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
10 décembre 2019
En refusant de réglementer la publicité, le gouvernement sacrifie l’écologie
Tribune
11 décembre 2019
L’utilisation massive de gaz lacrymogènes inquiète les scientifiques du monde entier
Enquête




Du même auteur       Thierry Dubourg (Midi Libre)