Dépasser la violence politique, l’exemple de l’Assam, en Inde

7 mai 2016



L’histoire récente de l’Assam, une région isolée de l’Inde, établit des parallèles troublants avec l’actualité mondiale : violences d’États amenant des terrorismes, crise des migrants et résistances. Dépassant les violences, des alternatives s’y sont pourtant développées et pourraient bien nous inspirer.

L’Assam est une région située au nord-est de l’Inde traversée depuis longtemps par des groupes indépendantistes armés. Nous y avons rencontré d’anciens rebelles que certains nomment terroristes. Ils ont décidé de déposer les armes et questionnent la violence politique. Leur motivation est de redéployer des activités de subsistance et de créativité : artisanat traditionnel, agriculture et cultures.

Dans un monde dominé par l’ultralibéralisme, l’autonomie des villes et des villages semble être la solution de leur libération. Nous avons découvert en Assam des exemples concrets d’émancipations menés par ces anciens rebelles et une figure locale de la lutte non-violente : Hembai.

Mais de quelle autonomie parle-t-on ? Autonomie économique certes, mais aussi intérieure, comme le propose Gandhi dans un ouvrage précurseur, le Hindj Sawraj, l’Indépendance de l’Inde. Le changement de paradigme y est aussi et d’abord une transformation des consciences.


- Autonomia. Violences d’États, terrorismes et résistance gandhienne, un film de Louis Campana et François Verlet, Médiane production, 48 minutes.

Source : association Shanti




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Cent mille et une victoires pour le monde
24 avril 2017
Des lycéens opposent leur optimisme à la crise écologique
Reportage
24 avril 2017
Premier tour : l’écologie a la gueule de bois
Reportage
25 avril 2017
« Emmanuel Macron est la queue de comète d’un social-libéralisme en déclin »
Entretien


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre