Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Des pistes concrètes pour réduire l’aviation

Comment réduire l’aviation et son impact sur le climat de manière équitable ? Un collectif d’associations et d’experts ont publié, le 3 décembre, un rapport intitulé Degrowth of aviation (soit la décroissance de l’aviation), afin de proposer des solutions concrètes.

L’aviation est le mode de transport qui a de loin le plus grand impact sur le climat. Pourtant, le transport aérien croît plus rapidement que tout autre secteur. En réponse à la critique croissante, l’industrie de l’aviation a annoncé son intention de devenir plus verte à l’avenir. Mais de nombreuses raisons font qu’il est impossible pour l’aviation de se développer réellement de manière neutre en carbone. La décroissance est la seule option, un concept qui s’inscrit dans une nécessaire transformation socio-écologique de la société et de l’économie.

-  Télécharger le rapport :

Parmi les mesures proposées :

  • L’avion est pratiquement exempt de taxes par rapport aux autres modes de transport. L’introduction de mesures fiscales peut contrer les subventions indirectes massives de l’industrie aéronautique.
  • La redevance pour grands voyageurs (FFL) ou la redevance sur les miles aériens (AML) vise à remédier à l’injustice sociale du vol, en rendant chaque vol ou chaque mile aérien progressivement plus cher. Les recettes tirées de ces prélèvements peuvent être utilisées pour rendre accessibles à tous des modes de mobilité respectueux du climat, en particulier dans les pays du Sud.
  • Limiter le nombre de vols, en interdisant les liaisons court-courriers sur lesquelles d’autres moyens de transport pourraient facilement être utilisés ou construits, ou en limitant le nombre de départs par jour sur des liaisons spécifiques.
  • L’imposition d’un moratoire sur les nouveaux projets d’infrastructure (aéroport, pistes).
  • Pour encourager l’utilisation d’alternatives à l’avion, il faut investir dans le réseau de lignes de train et d’autobus à longue distance. Cela ne nécessite pas de lignes de train à grande vitesse, qui sont également problématiques, mais un plus grand nombre de trains de nuit et d’autobus plus confortables et plus abordables. Les ferries, les navires, les systèmes de réservation internationaux intégrés et conviviaux pour les voyages multimodaux, les transferts améliorés ainsi que les systèmes de conférence en ligne modernisés écologiquement font également partie de l’image de l’avenir.

Source : Stay Grounded
Photo : Pixabay

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende