Des triporteurs plutôt que des voitures

Durée de lecture : 3 minutes

4 avril 2014 / CarFree

Une entreprise de Boulogne-Billancourt a lancé une campagne d’achat groupé de triporteurs afin de faire de cette ville « la capitale française du triporteur » et de proposer ce moyen de transport comme une alternative crédible à la voiture.


On dirait bien que les choses sont en train de bouger en France du côté de la vélogistique. Une entreprise de Boulogne-Billancourt, « Michel et Augustin », a lancé une démarche originale d’achat groupé de triporteurs afin de « faire de Boulogne-Billancourt, où ils ont installé leur siège en 2009, la capitale française du triporteur ».

A vrai dire c’est une belle opération de Com’ pour eux, mais c’est aussi une démarche intéressante car elle part d’un postulat simple : les vélos cargos de type triporteur sont souvent assez chers à l’achat. Bien sûr, c’est beaucoup moins cher qu’une voiture, mais ce n’est pas donné non plus.

Et en plus, ils ont choisi la « Rolls » des triporteurs, à savoir un modèle au design danois mais entièrement fabriqué en France par l’entreprise nantaise Nihola. Il est livré avec sa capote de pluie et son siège enfants installé dans la partie « malle » en acier avec deux ceintures de sécurité.

Pourquoi choisir un modèle de qualité ? Parce que ce n’est pas un gadget, précise d’emblée Augustin, un des fondateurs de l’entreprise en question. Leur projet vise, en toute modestie, « à révolutionner les transports urbains » : déposer les enfants à l’école, faire son marché, aller à la bibliothèque ou même se rendre au travail…

Alors, comment ça marche ? L’entreprise propose à 100 Boulonnais de se regrouper afin d’acheter des triporteurs au prix de 1500 € au lieu de 2620 €, soit une belle économie, payée en partie par le principe de l’achat groupé, mais avec aussi l’aide financière de la ville de Boulogne via une prime accordée aux véhicules écologiques (300 euros) et avec une subvention par l’entreprise elle-même, mais dont on ne connaît pas le montant.

En contrepartie, les Boulonnais qui s’inscrivent dans la démarche porteront les couleurs de la marque Michel et Augustin avec deux décors au choix, le fond trublion ou le fond feuille de bananier (image ci-dessous). Ils pourront également personnaliser leur triporteur avec les graphistes de la société en choisissant les deux prénoms qui apparaissent en grand sur le triporteur. Il y a donc bien un peu de pub dans l’histoire, même si les deux fondateurs de l’entreprise précisent que l’objectif « n’est pas de faire de la pub mais d’être une alternative à la voiture ».

Aux dernières nouvelles, 50 familles de Boulogne ont déjà répondu présentes et ont reçu leur tout nouveau triporteur le 8 mars dernier. Les 100 triporteurs ne sont donc pas encore atteints, mais une nouvelle vague de commandes est prévue à partir de maintenant pour 50 autres triporteurs. Cela va constituer à n’en pas douter une petite vélorution de voir tous ces (nouveaux) triporteurs dans les rues de Boulogne-Billancourt !

Et les deux entrepreneurs ne comptent pas s’arrêter là. Prochain objectif ? Les 10 plus grandes villes de France : Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Toulouse, Nantes, Rennes, Montpellier, Strasbourg.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : CarFree

Photo chapô : Le Parisien

Lire aussi : Le vélo transporteur roule à l’énergie solaire

12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune




Du même auteur       CarFree