Écologie et extrême droite, néolibéralisme et propriété… le nouveau numéro de la revue « Terrestres »

Durée de lecture : 2 minutes

6 juillet 2020 / Terrestres



Pour ce numéro 15, la revue « Terrestres » analyse ce que signifie « écologie » pour l’extrême droite, s’interroge sur ce que fait le néolibéralisme à l’écologie et à notre coexistence avec les virus ainsi que des conflits de territoire…

  • Présentation de la revue par son éditeur :

Pour ce numéro 15, la revue Terrestres propose notamment d’examiner le sens de l’écologie de ce que pourrait bien être un écofascisme, de décrire d’autre manières d’habiter la Terre, de revenir sur les origines historiques du dérèglement écologique général à la fois lointaines, avec la paléontologie, mais aussi proches avec le néolibéralisme et son idéologie du développement…

Le dernier numéro Terrestres — revue des livres, des idées et des écologies réunit sept textes :

  • Pour un nouvel animalisme. Comment recoudre les déchirures qui ont coupé les hommes des autres vivants ? Cette lecture du livre du philosophe Baptiste Morizot tente d’y répondre en proposant de s’appuyer sur les passions.
  • Comment en sommes-nous arrivés là ? Quel est le rapport entre domestication des plantes et des animaux et l’avènement de l’État, et, par extension des macrostructures qui nous gouvernement ?
  • La propriété privée au secours des forêts ? Depuis quelques années, des initiatives de « reprise de terre » se multiplient. Cependant la propriété privée peut-elle seulement constituer un outil pour soutenir cette tentative d’extension de l’espace des Communs ?




Lire aussi : Anthropocènes noirs, informatisation du monde... le nouveau numéro de « Terrestres »
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune




Du même auteur       Terrestres