Emissions record de CO2 en 2012, mais la croissance se ralentit

Durée de lecture : 1 minute

1er novembre 2013 / Camille Martin (Reporterre)


Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) ont atteint un nouveau record en 2012, selon l’Agence de l’environnement des Pays-Bas : la société humaine en a envoyé 34,5 milliards de tonnes de gaz carbonique dans l’atmosphère.

Cependant, le rythme de croissance de ces émissions s’est ralenti, à 1,1 %, ce qui est inférieur de moitié au rythme moyen de la décennie précédente (2,9 % par an), alors que la croissance de l’économie mondiale a été en 2012 de 3,5 %.

Les énergies renouvelables - soleil, vent et biomasse - ont une place encore marginale (2,4 % de la production d’énergie), mais qui augmente rapidement : elle a doublé en six ans.

Trois pays ou régions sont responsables de 55 % du total des émissions de CO2 : la Chine (29 %), les Etats-Unis (16 %) et l’Union européenne (11 %). Les émissions par habitant de la Chine sont proches du niveau des Européens, et la moitié de celle d’un habitant des Etats-Unis.

Les émissions globales de la Chine ont crû de 3 % (un rythme en ralentissement), celles des Etats-Unis ont baissé de 4 % (en raison du transfert de la production électrique du charbon au gaz), celles de l’Europe de 1,6 %, grâce à une baisse de la consommation d’énergie.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre.

Graphe : PBL.NL, tiré du rapport de l’agence des Pays-Bas.

Lire aussi : Cette semaine, la planète approche le seuil des 400 ppm de CO2 dans l’atmosphère.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
23 septembre 2019
À Bure, l’écoféminisme renouvelle la lutte antinucléaire
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)