En Bourgogne et Franche-Comté, deux aéroports vides se battent en duel

12 avril 2013 / Le Bien Public

Deux aéroports de dimension internationale à 45 km de distance : un coût public démesuré pour seulement 80 000 passagers


Est-il bien raisonnable pour la Bourgogne et la Franche-Comté, grandes par la taille, mais modestes par leur poids économique et leurs moyens financiers, de disposer à 45 kilomètres d’écart de deux aéroports à dimension internationale ?

[Note : les deux aéroports visés sont l’aéroport de Dijon et l’aéroport de Dole.]

Non évidemment. Pourtant les deux régions n’ont jamais été capables de se mettre d’accord sur un équipement commun, dont le financement serait bien plus aisé et économe des deniers publics. Une situation ubuesque.

On pourrait en effet attendre une vision plus œcuménique et budgétairement plus responsable de la part des décideurs économiques, pourtant peu enclin aux investissements inconséquents quand il s’agit de leurs propres affaires.

Mais on peut adresser le même reproche aux décideurs bourguignons et franc-comtois qui n’ont jamais vraiment cherché à mutualiser leurs politiques en matière de transport aérien. Il est vrai qu’obtenir le soutien des élus de la Nièvre, de l’Yonne, ou du Territoire de Belfort vis-à-vis d’un dossier qui intéresse au mieux, et en partie seulement, la Côte-d’Or, le Jura (*) et la Saône-et-Loire n’est pas évident…

Résultat : chacune des deux régions finance sa propre infrastructure et les deux plateformes cumulent à elles deux environ 80 000 passagers annuels, mais à un coût pour le contribuable qui pourrait très probablement être réduit…

..............................

(*) C’est d’ailleurs le conseil général du Jura qui finance très largement l’aéroport de Dole



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : Bien Public

Lire aussi : A Chateauroux, un immense aéroport presque inutilisé

8 février 2019
En secret, la France et l’Inde veulent construire la plus grande centrale nucléaire du monde
Tribune
23 mars 2019
Manifeste pour l’interdiction des pesticides dans les zones non agricoles
Tribune
23 mars 2019
Contre l’effondrement, Extinction Rebellion prône la désobéissance civile
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre