En Ecosse, l’île d’Eigg est 100% autosuffisante en énergie

Durée de lecture : 1 minute

6 mars 2014 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Ils possèdent leur île et l’ont rendue – fait unique au monde – totalement autonome énergétiquement.


Montagnes et vallées verdoyantes, des habitants propriétaires de leur territoire, et rien que de l’énergie propre... Ce n’est ni un conte de fée, ni une fiction sur l’utopie, mais le seul endroit sur la terre qui soit à 100% autonome en énergie, sans combustibles fossiles ni dégradation écologique ou environnementale.

Ce projet a été conçu et conduit par l’enthousiasme de toute la communauté de l’île d’Eigg, aboutissement de dix années de réalisations depuis que les habitants ont racheté l’île en 1997. Ils se sont aperçus que les énergies conventionnelles ne leur convenaient pas et, comme l’île bénéficie d’un merveilleux emplacement géographique, avec du soleil et du vent, ils ont décidé de créer et de gérer eux-mêmes leur propre système d’électricité, autant que possible à partir de ressources renouvelables, l’hydro-électricité, le vent et l’énergie solaire. Et ça marche ! Ils ont même le chauffage gratuit dans les espaces publics, comme les églises et leur centre communautaire.

En Janvier 2010, la communauté de l’île Eigg a remporté la première place et un prix de 300 000 £ à un concours du National Endowment for Science, Technology and the Arts (NESTA) pour trouver de nouvelles et meilleures façons de lutter contre le changement climatique.


Compléments d’info :

- Le site de l’île d’Eigg

- Higher Perspective


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre

Photos : Site de l’île d’Eigg

Lire aussi : En Bretagne, près de Redon, pousseront bientôt des éoliennes citoyennes


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien




Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)