En Inde, un cyclone et un miracle

Durée de lecture : 4 minutes

15 octobre 2013 / François Gemenne

Un puissant cyclone s’est abattu sur l’est de l’Inde le week-end dernier. Mais grâce à une bonne prévention, le bilan humain a été très limité, alors qu’il y a quelques années, un cyclone comparable avait provoqué la mort de 8 000 personnes. Voici les leçons à tirer de cet événement.


Quoique l’on ne dispose pas encore de chiffres définitifs concernant les dégâts du cyclone Phailin, qui a touché l’Inde samedi 12 octobre, le bilan de victimes apparaît très inférieur à celui que l’on pouvait redouter – on parle aujourd’hui de 14 morts seulement : un chiffre, aussi dramatique soit-il, qui apparaît presque comme miraculeux, eu égard à la violence du cyclone.

A titre de comparaison, la tempête Xynthia, bien moins puissante, avait causé la mort de 59 victimes, dont 47 en France, dans des zones bien moins peuplées que celle touchée par le cyclone Phailin. De cette comparaison, on peut tirer trois grands enseignements.

1. Le nombre de victimes est largement déterminé par l’efficacité de la procédure d’évacuation. Plus d’un million de personnes ont été évacuées avant l’arrivée du cyclone, principalement dans les Etats d’Orissa et d’Andhra Pradesh : les autorités indiennes, et notamment les gouvernements locaux, ont remarquablement anticipé la catastrophe.

La leçon de 1999 semble avoir retenue : faute d’une évacuation adéquate, un tempête comparable avait causé la mort de 8 000 personnes. En 2005, lors de l’ouragan Katrina, le mouvement d’évacuation sur les côtes du Golfe du Mexique avait été d’une ampleur comparable : un million deux cent mille personnes avaient été évacuées, souvent par leurs propres moyens. Mais 60 000 étaient restées prisonnières des eaux dans La Nouvelle-Orléans, et plus de 2000 avaient péri.

Le contraste entre les bilans des cyclones Sidr et Nargis est encore plus saisissant : en novembre 2007, le cyclone Sidr, de catégorie 5 (la plus élevée), frappe le Bangladesh. Les autorités du pays ont bien préparé l’évacuation, et le bilan des victimes s’élève à 10 000. Six mois plus tard, en mai 2008, le cyclone Nargis, pourtant moins puissant (catégorie 4), frappe le pays voisin, la Birmanie. Les autorités n’ont absolument pas anticipé la catastrophe ni évacué la population. Le bilan sera au moins quatorze fois plus lourd, avec 140 000 victimes. Il faut le dire et le redire : ce qui détermine le bilan humain d’une catastrophe tient davantage à l’efficacité de l’évacuation qu’aux caractéristiques physiques de la catastrophe.

2. L’armée sera appelée à jouer un rôle de plus en plus grand dans ce type de situations. Si l’évacuation en Inde a été un tel succès, c’est aussi, sans doute, parce qu’elle a été conduite par l’armée. Sous l’influence du changement climatique, qui va multiplier et aggraver ce type de catastrophes, les procédures d’évacuation seront aussi plus fréquentes et importantes. Au Nord comme au Sud, c’est souvent l’armée qui est la mieux outillée pour procéder rapidement à ces opérations.

Pour autant, beaucoup d’armées restent mal préparées à la manière dont le changement climatique va transformer leurs missions – un rapport parlementaire le soulignait l’an dernier pour l’armée française. Ces missions devront évidemment être préparées et encadrées, mais il est indéniable que l’armée aura un rôle de plus en plus grand à jouer dans la prévention des catastrophes naturelles, et plus largement dans l’adaptation des populations au changement climatique.

3. Les catastrophes naturelles n’ont rien de naturel. Le bilan d’une catastrophe naturelle dépend bien davantage de l’action des autorités que de la violence de la catastrophe. Lorsqu’elles sont livrées à elles-mêmes, par exemple, les populations les plus vulnérables sont souvent incapables d’évacuer, faute de moyens et de ressources. Pourtant, lors des catastrophes, les gouvernements ont volontiers tendance à se retrancher derrière la fatalité pour justifier de bilans humains plus lourds que prévu. Il n’y a pas de fatalité : les catastrophes naturelles sont avant tout des catastrophes sociales et politiques, dont les premières victimes sont souvent les populations les plus vulnérables.

Si le pire a été évité ce week-end sur la côte orientale de l’Inde, tout reste pourtant encore à faire : plus de 600 000 personnes ont sauvé leur vie, mais perdu leur logement. Le processus de reconstruction va commencer : là encore, le rôle des autorités – et sans doute de l’armée – sera déterminant. En 2005, après Katrina, un tiers de la population n’a jamais pu rentrer à La Nouvelle-Orléans…



Source : François Gemenne pour Reporterre.

François Gemenne est chercheur en science politique à l’Université de Versaille (UVSQ-CEARC) et associé au CERI-Sciences Po.

Photo : Indian Express

Lire aussi : Les catastrophes naturelles ont coûté 122 milliards d’euros en 2012.

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage




Du même auteur       François Gemenne