En Inde, une victoire du peuple Dongria contre la mine de Vedanta

Durée de lecture : 3 minutes

23 avril 2013 / Survival International

La Cour suprême indienne a rendu un jugement favorable au peuple Dongria Kondh qui s’oppose en dans l’est de l’Inde à un projet d’exploitation minière de la compagnie Vedanta.


Dans un verdict sans précédent, la Cour suprême indienne a rejeté l’appel de Vedanta concernant son projet d’exploitation minière sur la montagne sacrée des Dongria Kondh, dans l’Etat Orissa. En vertu du jugement complexe rendu par la Cour, il appartient à ceux qui sont les plus affectés par ce projet minier de décider de son avenir.

La Cour a reconnu que le droit des Dongria Kondh à vénérer leur montagne sacrée doit être ‘protégé et préservé’ et que ceux qui jouissent de droits religieux et culturels doivent être entendus dans le processus de décision. La tribu dispose de trois mois pour décider d’autoriser ou non l’exploitation de ses collines sacrées, mais des pressions sur la communauté sont à craindre au cours de cette période cruciale.

La lutte déterminée des Dongria contre la compagnie britannique cotée à la bourse de Londres a été comparée à celle des héros du film Avatar et a gagné le soutien de plusieurs personnalités de renom. L’actrice britannique Joanna Lumley a déclaré aujourd’hui : ‘Je suis heureuse de constater que le droit et la justice ont fini par l’emporter. Devant la nature des charges contre ce projet minier, il aurait été impensable que la Cour l’autorise’.

Ce verdict porte un coup dur au président de Vedanta, le milliardaire Anil Agarwal, ainsi qu’à la compagnie étatique Orissa Mining Corporation qui avait fait appel et soutenu le projet minier depuis le début.

La licence environnementale définitive avait été bloquée par le ministre indien de l’Environnement en 2010. Vedanta avait cependant maintenu en état opérationnel sa raffinerie établie au pied des collines. Celle-ci a finalement été fermée en décembre 2012 faute de bauxite pour l’alimenter.

Les voix de l’opposition à la mine ont retenti dans tout l’Etat d’Orissa. En décembre 2012, des milliers de manifestants ont rejoint le ‘rallye du défi’ pour protester contre la mine et en février dernier, lors de leur festival annuel, des centaines de Dongria ont renouvelé leur détermination à ne jamais quitter les collines Niyamgiri. Le projet minier avait également été contesté par les gouvernements norvégien et britannique, ainsi que par l’Eglise d’Angleterre, ce qui avait provoqué le retrait de plusieurs investisseurs.

Au moment où le gouvernement central tente d’affaiblir les droits tribaux, ce jugement est perçu comme un soutien aux droits des Dongria Kondh et de tous les peuples tribaux d’Inde.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Ce verdict apporte un profond soulagement et montre que des compagnies telles que Vedanta ne sont pas toutes puissantes : une campagne bien ciblée menée au niveau local et mondial peut réellement aboutir à une issue favorable. Les compagnies et les gouvernants devraient en prendre de la graine. Vedanta a vertement appris que l’époque où il était possible de spolier les territoires indigènes en toute impunité est révolue.

Les Dongria ont lutté avec beaucoup de constance et de passion contre la mine de Vedanta. Espérons qu’ils auront le dernier mot. Il est essentiel qu’ils soient protégés de tout harcèlement et intimidation dans cette période cruciale et qu’une fois leur décision prise, elle soit respectée par Vedanta et le gouvernement’.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Survival International

Lire aussi : Les Nations-Unies demandent la suspension d’un projet gazier en Amazonie‏

19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
18 novembre 2019
Écolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police




Du même auteur       Survival International