Faire un don
48581 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
61 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

En Turquie, la base de la révolte est écologique

Durée de lecture : 3 minutes

3 juin 2013 / Urban Movements Istanbul / Habitat International Coalition

La révolte en Turquie est née de la protestation contre la destruction d’ un parc au centre d’Istanbul afin d’y édifier un centre commercial.


- Communiqué de Urban Mouvements Istambul, traduit du turc

Ceci est un appel urgent de la part de défenseurs des droits de l’homme, activistes, ONG, professionnels, associations de quartiers et stambouliotes [habitants d’Istanbul].

Depuis le 27 mai, des Stambouliotes, classes sociales et appartenance politique confondue , de tous âges et de différents quartiers d’Istanbul sont entrés en résistance passive au parc Gezi, le plus grand parc public de la ville, dont la démolition devait avoir lieu bientôt en raison d’un soi-disant projet de rénovation. Le projet prévoit en effet la construction d’un immense centre commercial ( qui devait être une réplique de la maison de l’artillerie ottomane).

http://www.bianet.org/english/english/147016-demonstrators-plant-trees-against-destruction-in-taksim-gezi-park

La police est intervenue à trois reprises, plus violemment à chaque fois :
La première intervention a eu lieu le 28 mai au matin, environ 50 manifestants ont été pris pour cible et le gaz été projeté directement sur leur visage.

http://stream.aljazeera.com/story/201305302148-0022796

En solidarité avec les manifestants, des centaines de personnes les ont rejoint en fin de journée et le mouvement d’occupation a pris en importance. La seconde intervention de la police a pris place le 30 mai à 5 heures du matin. Les forces de l’ordre ont brûlé les tentes des occupants et les gaz lacrymogènes et autres ont été utilisés de manière ininterrompue, causant de sérieuses blessures.

http://www.youtube.com/watch?v=suEVcTIpzxA&list=UUNwGZGYteEB64ywTGCn0w2g&index=2

http://www.hurriyetdailynews.com/protester-to-undergo-surgery-after-morning-police-intervention-at-taksim-park--.aspx?pageID=238&nID=47878&NewsCatID=341

Contre cette violence extrême et aveugle, la réaction a été d’occuper le parc, cette fois, à plusieurs milliers.

Ce matin s’est révélé être une culmination de violence et de barbarie que peu de mots peuvent décrire, avec un usage de la force tout à fait disproportionné. Les sorties du parc ont été bloquées par la police, enfermant le groupe à l’intérieur. Les manifestant ont été pris entre des violents tirs de gaz et des grenades lacrymogènes, beaucoup se sont évanouis. Les manifestants ont du détruire un mur pour pouvoir s’échapper, beaucoup on été gravement blessés.

http://www.hurriyetdailynews.com/protester-to-undergo-surgery-after-morning-police-intervention-at-taksim-park--.aspx?pageID=238&nID=47878&NewsCatID=341.

En ce moment, l’intervention brutale contre les manifestants continue. Le groupe s’est fait attaquer par les forces de l’ordre une nouvelle fois alors qu’ils lisaient leur déclaration à la presse. En ce moment certains sont à l’hotel Divan à Elmadag, se réfugiant des attaques au gaz.

Littéralement toute la place Taksim, où est situé le parc Gezi, est sous les gaz, les rues autour de Taksim sont sous des nuages de gaz.

Chers camarades, nous croyons n’avoir rien à ajouter, les scènes parlent pour elles-mêmes.

La résistance pour les droits de l’homme et la démocratie ne s’arrête pas ici, nous sommes déterminés à continuer notre lutte contre un gouvernement déterminé à écraser toute opposition, un gouvernement qui ne peut même pas tolérer une manifestation pacifique pour sauver des arbres. Le gouvernement actuel a violé toutes les conventions internationales auquelles il est partie.

Votre soutien et votre solidarité est déterminant pour notre détermination et notre résistance. Partagez ces évènements, nommez les et accusez les responsables, afin que cette folie et ces pratiques brutales contre les militants des droits de l’homme stoppent avec la pression internationale.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre

Photo : Washington Post

Lire aussi : 658 000 arbres rasés pour le projet d’aéroport d’Istanbul

13 décembre 2019
Qu’est-ce que l’opération « Rien de neuf » ?
1 minute, 1 question
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito
12 décembre 2019
COP25, dernières heures : les États se disputent, la crise climatique s’aggrave
Reportage