Et si vous construisiez votre éolienne (en bois) ?

Durée de lecture : 3 minutes

23 octobre 2013 / Emmanuel Daniel (Tour de France des alternatives)

Rien n’échappe à la mode du do it yourself (faîtes-le vous-même), pas même l’énergie. Une association propose à M. et Mme tout le monde d’apprendre à construire eux-mêmes leur propre éolienne. Ainsi, tout un chacun peut être acteur de la transition énergétique.


La dépendance française à l’énergie nucléaire n’est pas une fatalité. C’est ce que démontre l’association Tripalium en organisant des stages d’autoconstruction d’éolienne en bois. Plusieurs fois par an, pendant une semaine, une quinzaine de curieux apprennent à construire un engin de 12 mètres de haut capable de couvrir environ la moitié des besoins en énergie d’un foyer, hors chauffage. Taille et équilibrage des pâles en bois, mise en place du rotor et du système électronique, soudure des pièces… les stagiaires font tout de A à Z.

L’éolienne que les candidats à l’émancipation énergétique apprennent à construire est un modèle conçu par l’écossais Hugh Piggott, vivant sur une île isolée non raccordée au réseau électrique. « Le mécanisme est simplifié au maximum pour que ce soit robuste, facile à fabriquer et reproductible avec un minimum d’outillage. Le fait que ça soit simple permet à un maximum de personnes de s’y mettre et de se réapproprier leur outil de production », explique Gillou, un des membres de l’association installé à Valence.

« Je peux être autonome »

Olivier, qui a participé à un des stages il y a deux mois a décidé d’acquérir, moyennant 8 000 €, l’éolienne fabriquée pendant la formation. En une journée l’engin était monté et raccordé au réseau. « Je cherchais un apport énergétique différent de ce qu’on nous propose. Au départ, je voulais acheter une éolienne sans trop m’y connaître. Quand je suis tombé sur Tripalium, j’ai été séduit par l’idée de produire soi-même. Je voulais savoir comment c’était fait , notamment en cas de souci ».

Des formations sont organisées un peu partout en France par les différents membres de l’association. Et si la majorité des stagiaires sont des bricoleurs curieux, la diversité des profils étonne : « J’ai vu débarquer deux garagistes à la retraite dans un coupé Mercedes et deux autres sont arrivés à pied avec leurs dreads et leur sac à dos, s’amuse Lilian, un autre membre du réseau Tripalium. Et même s’il viennent pour des choses différentes, l’idée est qu’ils repartent en se disant : je peux être autonome ».

La poésie de l’éolienne

Si à l’issue du stage, une personne a besoin de retravailler un point particulier, elle peut assister gratuitement à une autre formation. « Le but est qu’à terme, ils n’aient plus besoin de nous », indique Gillou qui explique que l’autoconstruction permet à la fois la transmission du savoir et la quête d’autonomie : « En fabriquant toi-même, tu décides de rentrer dans un rôle de producteur. Tu n’es pas juste un consommateur, un client qui râle. Tu es producteur de la machine mais aussi de ton énergie ».

Il met aussi en avant le caractère politique du Do it Yourself (faites-le vous-même) : l’autoconstruction permet un « niveau minimum d’intervention des institutions » et contribue ainsi à la « décentralisation de la production d’énergie ». Certes, les éoliennes qu’ils fabriquent ne permettent pas une autonomie totale, surtout dans les régions peu venteuses. Pour y remédier, Gillou prône la complémentarité et « la synergie des énergies ».

Hydrolienne, panneaux solaires, biomasse… les sources d’énergie alternatives sont nombreuses. Mais si Gillou et ses compères ont choisi de se spécialiser dans l’éolienne, c’est parce qu’avec ses pâles majestueuses, « c’est le moyen le plus poétique de produire son énergie ». Sans compter que le bois qui constitue les pales est à la fois local et renouvelable.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Tour de France des alternatives

Lire aussi : L’éolienne nouvelle génération : petite, à voiles et silencieuse !

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence




Du même auteur       Emmanuel Daniel (Tour de France des alternatives)