Européennes : le programme écolo de six candidats

17 avril 2019 / Marie Astier (Reporterre)

Banque européenne du climat, taxe aux frontières, réorientation de la PAC, voitures électriques, soutien à l’agriculture paysanne... Les candidats ont détaillé les mesures de leur parti pour la transition écologique.

Ces dernières années, le sujet est passé des fonds de programmes aux propositions phares : l’écologie est devenu un sujet que la plupart des partis présentant une liste aux élections européennes du 26 mai prochain ne peuvent éviter. Mardi 16 avril, le Réseau action climat et l’Institut Jacques Delors ont tenté d’en savoir plus concernant les propositions des candidats sur le climat.

« La lutte contre le changement climatique et la protection de l’environnement entrent dans les trois priorités citées par les Français, avec la lutte contre le chômage des jeunes et celle contre le terrorisme », a indiqué Thomas Pellerin-Carlin, de l’Institut Jacques Delors, citant le sondage Eurobaromètre de 2018. Il a également présenté un sondage Ipsos paru ce mardi, et commandé par la Fondation européenne sur le climat :

« Les sujets environnementaux sont considérés comme importants à très importants par environ 80 % des Français sondés », s’est-il félicité. « Le climat peut donc être un thème clé des élections européennes, car c’est l’un des rares sujets sur lesquels il y a une concomitance entre l’intérêt des citoyens et le fait que l’Union Européenne a de réels pouvoirs dans le domaine. »

Selon un sondage Ipsos : « De larges majorités d’électeurs potentiels estiment important que les partis politiques donnent la priorité aux sujets environnementaux ».

Autour de la table du débat, six candidats étaient présents : la tête de liste de la France Insoumise Manon Aubry ; l’économiste Pierre Larrouturou qui a rejoint la liste du PS conduite par Raphaël Gluksmann ; l’élu écologiste d’Île-de-France Pierre Serne, qui a rejoint Benoît Hamon et son mouvement Génération.s ; l’italienne Cristina Storoni qui est en 12e place sur la liste Les Républicains ; Marie Toussaint pour EELV ; et enfin Pascal Canfin (ex directeur du WWF) pour LREM.

Manquaient à l’appel le Parti communiste, Lutte ouvrière, l’UDI, le Rassemblement national, et les listes de Jean Lassalle, François Asselineau, Florian Philippot.

Sans vraiment débattre, les candidats se sont exprimés à tour de rôle sur les thématiques proposées par l’Institut Jacques Delors, à savoir leur vision de la transition écologique, leurs mesures pour qu’elle soit aussi sociale, leurs mesures pour l’innovation, et leurs souhaits de l’avenir de la politique agricole commune (PAC).

Pierre Larrouturou, liste Envie d’Europe (PS, Place publique, Nouvelle Donne)

L’économiste a insisté sur la question du financement de la transition écologique. Il promeut l’idée d’une banque européenne du climat et de la biodiversité : elle aurait pour obligation de prêter aux États pour financer la transition. « Mais il faut aussi un budget climat. Pour cela on peut mettre en place un impôt sur les bénéfices de 5 % qui ne toucherait pas les artisans et les petites entreprises ». Le tout permettrait de financer l’isolation des logements, le développement des renouvelables, etc. À ceux qui doutent sur la capacité des États de l’Union Européenne à se mettre d’accord sur un sujet fiscal, il assure que « si seulement on arrive à réunir neuf pays, cela peut fonctionner. Schengen, au début seuls 5 pays y participaient et maintenant ils sont à 26 ».

Sur l’innovation, « beaucoup de solutions sont déjà connues, on a besoin de sobriété », estime-t-il. Question PAC, il propose de revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire « protéger le revenu des paysans. La question c’est : “comment on les aide” ? »

Pierre Serne, liste Printemps européen (Génération.s)

« Comme lors de la crise financière de 2008, il faut passer en mode gestion de crise », estime l’élu francilien. « On a la volonté de rompre avec le modèle libéral productiviste, mais on peut aussi agir tout de suite sans revoir de fond en comble les traités. » Lui aussi parle financement de la transition et propose une réorientation des objectifs de la Banque centrale européenne vers la question climatique.

Côté justice sociale, il avance la création d’un revenu universel et d’un Smic européens, insiste sur la solidarité avec les migrants (parfois climatiques) et propose une taxation des produits entrant dans l’Union européenne en fonction de leur impact sur le climat – c’est le principe d’une taxe carbone aux frontières – mais aussi en fonction de l’indice de développement humain des pays.

Pour l’agriculture, il propose une baisse du montant global des subventions et de financer prioritairement les « améliorations environnementales, mais aussi les efforts pour le bien-être animal ».

Cristina Storoni, Les Républicains

Question financement, Mme Storoni propose une réorientation des fonds allant au charbon vers les énergies renouvelables. « Mais nous ne sommes pas tous égaux devant la transition écologique, souligne-t-elle. Il est absurde de taxer quelqu’un obligé de prendre sa voiture en zone rurale et en même temps de faire entrer en Europe des produits qui font 5.000 km. Il faut une barrière écologique aux frontières de l’Union. » Elle reprend également l’idée d’une taxe carbone aux frontières.

L’innovation est pour elle dans la voiture électrique. Elle voudrait faire de « la France et de l’Union européenne les leaders mondiaux de la batterie et de leur recyclage ».

LR s’oppose à une baisse du budget de la PAC et veut avant « protéger » les agriculteurs : contre la volatilité des prix et contre les achats de terre par des investisseurs non européens. Elle reste prudente sur le côté écologique : « Il faut moins d’intrants, plus de bio, mais il ne faut pas opposer agricultures biologique et raisonnée. »

Marie Toussaint, liste Pour le climat (EELV)

« Il faut durcir les règles, martèle-t-elle. Aujourd’hui en Europe il n’y a pas d’obligation réelle de protéger le climat, pas de crime d’écocide. » Puis elle avance ses propositions côté financement :
« Les mêmes grosses boîtes qui émettent le plus de CO2 sont exonérées d’impôts. Il faut récupérer l’argent, redistribuer, augmenter le budget de l’Union et en attribuer 50 % à l’action climatique. »

EELV reprend l’idée d’une taxe aux frontières permettant de financer la transition écologique et de rééquilibrer la balance commerciale. Car « la dégradation de la planète frappe en premier les femmes, les pauvres et les migrants ».

La même inéquité se joue du côté de la PAC, ajoute-t-elle : « 20 % des exploitants agricoles reçoivent 80 % des aides PAC, et ce sont ceux qui polluent le plus. » Elle propose donc une réorientation des subventions vers les pratiques les plus vertueuses.

Sur la question de l’innovation, EELV plaide pour qu’elle soit le plus possible « citoyenne, publique et encadrée. Ce n’est pas possible qu’on fasse de la recherche sur les robots tueurs. »

Pascal Canfin, liste Renaissance (LREM, Modem)

À écouter ses collègues, Pascal Canfin (LREM) sourit. « Il y a des convergences très très fortes, nous sommes d’accord avec une très grande partie de ce qui a été évoqué et nous devons construire là-dessus pour constituer une majorité. Car il faut aussi convaincre à l’extérieur », exhorte-t-il, citant l’exemple de la Pologne qui refuse des objectifs climat ambitieux.
Lui aussi parle financement, proposant de réorienter les priorités de la Banque européenne d’investissement et de la Banque centrale européenne vers le climat. Il appuie l’idée d’une taxe carbone aux frontières. « Mais c’était déjà une proposition au temps de Sarkozy, et ça n’a pas fonctionné ! Le sujet est de savoir comment convaincre les Allemands, les Néerlandais, les Suédois, etc.  »

Comme Pierre Larrouturou, il estime que côté innovation, « le vrai sujet, c’est le déploiement des solutions, comment on change d’échelle. Il nous faut des champions industriels qui massifient. »

Il pense aussi négociations quand il s’agit de la PAC. « La France est le pays qui a la position la plus verte sur la PAC. Donc il faut voir comment on fait alliance avec les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Suède, qui pour l’instant ne veulent pas. »

Manon Aubry, France Insoumise

L’ex porte-parole d’Oxfam cite trois priorités. D’abord, la fin des accords commerciaux tels que le Ceta. « Il y en a douze dans les cartons ! Le libre-échange augmente le trafic maritime et donc les émissions de gaz à effet de serre. » La préservation des services publics, tels que le ferroviaire ou les barrages hydroélectriques, vient en deuxième priorité. Et enfin, le financement de la transition, toujours :
« Il faut s’attaquer à l’article des traités qui limite le déficit public à 3 % du PIB, afin que l’on puisse enfin se donner les moyens d’investir ! »

La taxe sur les transactions financières est aussi citée comme piste. Sur l’idée d’une taxe carbone européenne, « on ne la fera pas si elle n’est pas accompagnée de propositions d’alternatives pour les gens », avertit-elle. Elle croit moins à la proposition de Pierre Larrouturou d’impôt européen sur les entreprises. « C’est intéressant mais au point mort », constate-t-elle.

Pour l’innovation, elle estime qu’« au lieu de dépenser des milliards dans les EPR, on pourrait les réorienter vers une véritable transition écologique ».

Proche de Marie Toussaint sur la question agricole, elle constate également la « prime au gigantisme. Il faut la réorienter vers l’agriculture bio et paysanne. Et garantir un prix minimum aux agriculteurs. »

Alors que les prises de parole sur ce dernier sujet se terminent, Pierre Serne s’excuse de devoir partir un peu avant la fin. Mais il donne déjà une piste de conclusion, notant la convergence possible sur plusieurs propositions : « À vous écouter tous, cela donne de l’espoir ! »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’Europe pose des limites insuffisantes aux émissions des voitures

Source : Marie Astier pour Reporterre
Photos :
. chapô : Photo montage
*Manon Aubry : Marie Astier pour Reporterre
*Marie Toussaint : Crédit Reporterre
*Pierre Larrouturou : Marie Astier pour Reporterre
*Pierre Serne : Site de la région Ile-de-France
*Cristina Storoni : Profil Twitter de @CStoroni
*Pascal Canfin : Wikipedia
*Photo de groupe : Postée sur Twitter par le Réseau action climat
*Drapeau européen : Pixhere


DOSSIER    Europe

THEMATIQUE    Politique
25 avril 2019
Le goût de la lecture, des mots et des idées, la plus belle arme qui sera jamais
Chronique
25 avril 2019
Au Havre, la bétonisation de l’estuaire détruit la biodiversité
Enquête
24 avril 2019
La liberté de la presse est-elle en danger sous Emmanuel Macron ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Europe



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)