François Hollande freine le désarmement nucléaire

27 mars 2017 / par Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)



L’Onu ouvre une conférence consacrée au désarmement nucléaire lundi 27 mars. C’est une première depuis vingt ans. Mais la France s’y oppose, alors qu’elle est officiellement partisane du désarmement. C’est ce que révèle la lettre de François Hollande publiée en exclusivité par Reporterre. Entretien avec Paul Quilès, ancien ministre de la Défense.

Lundi 27 mars s’ouvre pour une semaine à New-York la conférence internationale des Nations unies (ONU) consacrée au désarmement nucléaire. C’est la première fois depuis vingt ans qu’a lieu une telle conférence. Elle a « pour objectif la négociation d’un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète ». Elle réunit États et ONG et a été autorisée par un vote de 123 États favorables, 38 contre et 16 abstentions, le 23 décembre dernier. Une deuxième conférence aura lieu du 15 juin au 7 juillet qui devrait déboucher sur un texte qui sera soumis au vote de l’Assemblée générale des Nations unies.

La France a signé en 1970 le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires qui stipule dans son article 6 : « Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace. »

Pourtant, la France a voté contre la tenue de cette conférence internationale des Nations unies et refuse d’y participer. Interpellé par Paul Quilès, ancien ministre de la Défense, François Hollande justifie sa position. Voici sa réponse, que Reporterre publie en exclusivité : « La France a choisi, à l’instar des autres Etats dotés et de près de cinquante états [sic] membres de l’Assemblée générale des Nations unies, de ne pas soutenir le lancement de la négociation de ce traité. Cette position ne saurait être interprétée comme le signal d’une opposition au désarmement nucléaire, mais plutôt comme la preuve que nous devons agir de manière pragmatique, avec nos partenaires et dans un cadre assurant la crédibilité du résultat qui serait obtenu. »

  • Télécharger la lettre de François Hollande :

« Nous sommes dans l’hypocrisie permanente », tempête Paul Quilès. Ancien ministre de la Défense sous la présidence de François Mitterrand de 1985 à 1986, il a présidé de 1997 à 2002 la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Auteur de l’ouvrage Arrêtez la bombe, il préside l’association Initiatives pour le désarmement nucléaire.

Paul Quilès

Reporterre — Pourquoi parlez-vous d’hypocrisie de la part des autorités officielles ?

Paul Quilès — Le dernier paragraphe de la réponse du Président de la République à ma lettre, qui demande à la France de participer à la préparation d’un traité d’interdiction des armes nucléaires dans le cadre de l’ONU, résume tout : « Cette position ne saurait être interprétée comme le signal d’une opposition au désarmement nucléaire mais bien plutôt comme la preuve que nous devons agir de manière pragmatique, avec nos partenaires et dans un cadre assurant la crédibilité du résultat qui saura obtenu. »

En utilisant les mots « crédibilité », « pragmatique », on comprend bien ce qu’il suggère : qu’une conférence portée par les pays non dotés de l’arme nucléaire n’est pas jugée crédible, que de telles négociations doivent avoir lieu avec les États nucléaires. Très bien, mais alors pourquoi la France vote-t-elle contre la tenue de cette conférence et refuse-t-elle d’y participer ? En ne prenant pas part à ces échanges, la France contribue, avec d’autres, à l’absence de cette « crédibilité » qu’elle dit souhaiter par ailleurs. Ce n’est qu’hypocrisie.

D’autant plus que quand la France vend des avions Rafale à l’Inde, on s’en félicite, cela crée de l’emploi. Et après ? L’Inde, qui détient l’arme nucléaire, explique avoir choisi le Rafale parce qu’il peut être équipé de missiles nucléaires. Et l’Inde est en tension permanente avec son voisin le Pakistan, lui aussi détenteur de l’arme nucléaire !

Donc d’un côté, la France affirme qu’elle est favorable au désarmement nucléaire, de l’autre elle contribue à la course à l’équipement nucléaire. Certes, cela crée de l’emploi et alimente le secteur de l’armement, en particulier en France, mais ça ne peut justifier une politique en faveur de la prolifération nucléaire, en contradiction avec le Traité de non-prolifération nucléaire, que la France a signé.

Les militaires et les industriels français de l’armement ont affirmé en septembre dernier que le budget alloué à la dissuasion nucléaire devrait augmenter. Même son de cloche au Royaume-Uni, en Corée du Nord. Donald Trump et Vladimir Poutine parlent de relancer une course aux armements. Un désarmement nucléaire semble peu plausible.

Cette course aux armements est effectivement une possibilité, mais il y en a d’autres. La conférence qui s’ouvre à New-York résulte d’un mouvement fort qui est engagé depuis plusieurs années. C’est une véritable révolution qui est en train de se produire. En effet, ce sont les pays sans arme nucléaire qui poussent à la rédaction d’un traité d’interdiction de ces armes, comme cela existe déjà pour les autres « armes de destruction massive », armes chimiques et biologiques. Ils ne supportent plus l’idée qu’un conflit qui ne les concernerait pas, déclenché volontairement ou par accident, pourrait avoir des conséquences humanitaires catastrophiques sur leur propre pays et leur population.

Par exemple, des pays comme l’Inde et le Pakistan, qui possèdent tous deux l’arme nucléaire, s’ils entraient en conflit ouvert, pourraient déclencher ce que les scientifiques appellent un « hiver nucléaire » sur une partie de l’hémisphère nord. Il faut se souvenir que c’est une bombe de 15 kilo-tonnes qui a détruit Hiroshima, causant plus de 200.000 morts, alors qu’aujourd’hui, la moindre ogive a une puissance de 100 à 150 kilo-tonnes et que le stock mondial est de l’ordre de 16.000 ogives !

Contrairement à ce que disent les défenseurs de la dissuasion nucléaire, il n’est pas impossible d’envisager un désarmement nucléaire général, si l’on veut bien se souvenir de la rencontre entre Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, présidents des États-Unis et de l’URSS, en octobre 1986, en pleine Guerre froide, à Reykjavik en Islande. Ils étaient à deux doigts de conclure un accord sur un désarmement nucléaire total pour l’année 2000. Cela ne s’est pas fait parce que Reagan exigeait de maintenir son bouclier anti-missile nucléaire.

Mais les deux hommes les plus puissants de la planète de l’époque ont failli donner un coup d’arrêt au nucléaire. Pourquoi ne serait-ce pas possible aujourd’hui ? La conférence de l’Onu qui s’ouvre est une avancée considérable. Il est peu glorieux que la France n’y participe pas.

La stratégie nucléaire repose sur la notion de dissuasion, faire peur à l’adversaire pour l’empêcher d’agir. L’adversaire a changé de visage, il utilise des cutter, des armes à feu et des bombes artisanales pour perpétrer des attentats. En quoi le nucléaire est-il adapté à notre époque ?

Le nucléaire n’est pas du tout adéquat, il est hors de propos, à côté des réalités actuelles. Mais les responsables politiques continuent de dire que l’arme nucléaire est notre « assurance-vie ». Les associations pour un désarmement nucléaire, dont celle que je préside, interpellent les candidats à l’élection présidentielle… sans réponse pour l’instant.

Il est saisissant qu’en France il n’y ait aucun débat sur la pertinence de l’arme nucléaire, en prétendant, ce qui est faux, qu’il y aurait un « consensus » parmi les Français. On tient quasiment le même discours qu’à l’époque de la Guerre froide. On fait croire que c’est un acquis, qu’on ne peut pas remettre en cause. J’appelle cela le catéchisme nucléaire.

Le catéchisme nucléaire ?

Dans une religion, on est autorisé à parler des nouvelles règles d’ordination, de certaines modalités d’exercice du culte, mais on ne s’interroge pas sur l’existence de Dieu, qui va de soi. Eh bien, pour le nucléaire c’est pareil. On peut s’interroger sur le concept de la dissuasion, sur la taille et l’impact d’une bombe, sur les modalités de mise en œuvre, mais pas sur la pertinence de l’arme nucléaire en elle-même. Il faudrait donc croire et faire confiance à ceux qui prétendent que l’armement nucléaire garantit la paix. Eh bien moi, je ne crois pas à la paix, je me bats pour la paix.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pourquoi faut-il viser le désarmement nucléaire ?

Source : Julie Lallouët-Geffroy pour Reporterre

Photos :
. Le sous-marin nucléaire Le Terrible (Ouest France
. Paul Quilès : DR
. Explosion nucléaire : Lawrence Livermore Laboratory



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Armée

19 juillet 2017
La ministre des transports Elisabeth Borne : « On fait une pause sur le Lyon Turin »
Info
20 juillet 2017
Quand Valérie Pécresse pique le titre d’un film écolo pour nommer son mouvement
Tribune
20 juillet 2017
À Barcelone, la mairie alternative tâche de maîtriser le tourisme qui chasse les habitants
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Armée



Du même auteur       Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)