Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
51247 € COLLECTÉS
73 %
Je fais un don

Goldsmith et Petitjean, une amitié écologiste

31 août 2009 / Jacques Grinevald

Peu connu, Armand Petitjean a été un des inspirateurs de l’interrogation écologiste en France. Ses discussions fréquentes avec Teddy Goldsmith ont contribué à former leur pensée commune.

Armand Petitjean (1913-2003) a été le véritable père fondateur du mouvement Ecoropa, contrairement à ce que laisse entendre le politologue Jean Jacob pour qui Ecoropa était l’Internationale de Denis de Rougemont !
Rien - y compris dans les archives - ne permet de penser cela. C’est Armand Petitjean qui a appelé cette vieille connaissance (ils s’étaient rencontrés à la NRF chez Gallimard). Mis à part son titre honorifique de président d’Ecoropa,
à la suite des réunions de Paris, en 1976, et de Metz, en 1977, Denis de Rougemont n’a jamais été vraiment engagé dans la nébuleuse de l’écologie politique (ses biographes ne disent pratiquement rien d’Ecoropa !) et il n’a jamais été un fidèle de ses réunions.

Teddy Goldsmith, lui, a été l’un des piliers d’Ecoropa. Armand Petitjean avait rapidement pris contact avec lui, dès la création de son magazine The Ecologist, dont le premier numéro date de 1970.

Ce que je veux dire ici, c’est que Teddy Goldsmith était l’un des fidèles compagnons de route d’Armand Petitjean. Il était l’un des hôtes privilégiés de La Baume, la retraite en Cévennes de Petitjean et de sa seconde épouse, Colette.

J’ai rencontré Teddy pour la première fois chez Petitjean, à La Baume, vers 1976-77. Notre amitié n’a cessé de grandir, notamment autour de la conservation de la nature, de notre amour de la Toscane, de notre passion pour la Biosphère et Gaïa, pour l’écologie théorique, etc. C’était mutuellement enrichissant et ce fut, je crois, durablement productif... Malgré ou plutôt grâce à certaines controverses intellectuelles et idéologiques, nos sentiments ne faiblirent jamais, bien au contraire. Cette diversité nous semblait mutuellement saine et féconde.

Après la disparition d’Armand, celle de Teddy, qui n’est pas une
surprise, est pour moi une perte gigantesque et dont je mesure encore mal les implications. Heureusement, je sais que ce sentiment est partagé aux
quatres coins de la planète, car Teddy avait des amis, des admirateurs
et des critiques dans le monde entier.

Cette grande et apparemment paradoxale amitié entre Armand Petitjean et Teddy Goldsmith est essentielle pour comprendre l’un et l’autre, c’est-à-dire
deux figures majeures et contrastées de l’histoire intellectuelle de la conscience écologique de la fin du XXe siècle de l’ère chrétienne...

Essentiel aussi pour comprendre les origines et l’histoire d’Ecoropa. Teddy et Petijean en formaient, à mon sens, les deux extrêmités, dans un spectre intellectuel et spirituel d’une grande diversité, mais réunie malgré tout
autour d’une idée forte, critique et prophétique : l’écologie comme issue,
dans tous les sens de ce mot, en français et en anglais.

With peace and love

.....................................................




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre.

L’auteur : Jacques Grinevald est professeur à Genève, à la croisée de l’écologie, de la physique et de la philosophie. Il a contribué à faire connaître dans l’univers francophone Vladimir Vernadski et Nicholas Georgescu-Roegen. Dernier ouvrage paru : La Biosphère de l’Anthropocène. Pétrole et Climat, la double menace. Repères transdisciplinaires 1824-2007, Éditions Médecine & Hygiène, Genève, Suisse, 2007.

Lire aussi : Hommage à Teddy Goldsmith http://www.reporterre.net/spip.php?...

10 décembre 2018
Jour 7 : Des nuages planent sur la négociation
Reportage
8 décembre 2018
La garde à vue du président des Amis de la terre : « Les ordres venaient d’en haut »
Reportage
10 décembre 2018
Marches pour le climat : l’union des « fins du mois » et des « fin du monde »
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Jacques Grinevald