Habiter dans les arbres pour contrer l’étalement urbain

Durée de lecture : 1 minute

2 avril 2014 / Le Mouv’

Balade près de Bayonne au milieu de cinquante éco-logements qui se dressent dans les bois, à hauteur de canopée.


La Canopée c’est un ensemble architectural péri urbain, investit par des trentenaires qui vivent presque dans les arbres.

Ces 50 logements répartis en petits ilots ou en maisons individuelles sur pilotis au milieu des arbres, tente de remédier aux risques que l’urbanisation galopante fait courir aux terres agricoles. La ville s’étend irrémédiablement, pour le cabinet de Patrick Arotcharen, il faut donc construire plus dense, mais aussi plus soft.

La densité permet de créer 70 logements par hectare, là où les zones pavillionnaires classiques n’en dépassent pas 10.

La douceur permet de préserver une nature pré éxistante à l’étalement urbain en construisant autour des arbres, de la végétation et avec le relief.

Et si la promiscuité que les jeunes familles veulent fuir parfois en quittant la ville était une inquiétude pour les architectes au début du projet, il s’avère qu’elle n’est pas un problème quand on préserve les espaces privés et qu’on peut s’approprier des espaces communs. Les habitants l’ont fait en bonne intelligence en fleurissant notamment les coursives au dessus du sol, les terrasses et les espaces verts.

Un signe pour le cabinet d’architecte que les habitants ont su faire leur cet habitat dans les arbres.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Le Mouv’

Lire aussi : La librairie qui se pose dans les arbres

20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
21 novembre 2019
Nous avons visité Milipol, le salon de la répression
21 novembre 2019
Dans le Nord, des élus locaux promeuvent le béton et l’étalement urbain