Habiter dans les arbres pour contrer l’étalement urbain

2 avril 2014 / Le Mouv’

Balade près de Bayonne au milieu de cinquante éco-logements qui se dressent dans les bois, à hauteur de canopée.


La Canopée c’est un ensemble architectural péri urbain, investit par des trentenaires qui vivent presque dans les arbres.

Ces 50 logements répartis en petits ilots ou en maisons individuelles sur pilotis au milieu des arbres, tente de remédier aux risques que l’urbanisation galopante fait courir aux terres agricoles. La ville s’étend irrémédiablement, pour le cabinet de Patrick Arotcharen, il faut donc construire plus dense, mais aussi plus soft.

La densité permet de créer 70 logements par hectare, là où les zones pavillionnaires classiques n’en dépassent pas 10.

La douceur permet de préserver une nature pré éxistante à l’étalement urbain en construisant autour des arbres, de la végétation et avec le relief.

Et si la promiscuité que les jeunes familles veulent fuir parfois en quittant la ville était une inquiétude pour les architectes au début du projet, il s’avère qu’elle n’est pas un problème quand on préserve les espaces privés et qu’on peut s’approprier des espaces communs. Les habitants l’ont fait en bonne intelligence en fleurissant notamment les coursives au dessus du sol, les terrasses et les espaces verts.

Un signe pour le cabinet d’architecte que les habitants ont su faire leur cet habitat dans les arbres.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Le Mouv’

Lire aussi : La librairie qui se pose dans les arbres



23 mai 2019
En Inde, les partis politiques ignorent le changement climatique
Info
23 mai 2019
L’écologie, grande absente des campagnes électorales en Espagne
Info
24 mai 2019
Températures, fonte des glaces, catastrophes : les rapports scientifiques donnent le vertige
Info