La librairie qui se pose dans les arbres

31 mars 2014 / Fabien Rabatel (Sud Ouest)


Consommer autrement, c’est aussi la possibilité de ne pas acheter « neuf ». Olga et Michel Terranova-Nissefort l’ont bien compris et militent depuis un quart de siècle pour un retour à l’essentiel, plus proche de la nature.

Ils n’ont pas attendu que le développement durable soit « tendance » pour en faire leur mode de vie au quotidien. Connu pour tenir la boutique Le Bouquiniste, à Capbreton, le couple n’a jamais voulu de bail commercial. « Nous avons toujours été dans l’idée de faire du commerce autrement », expliquent-ils, en chœur.

Un jour, dans le jardin de leur maison construite de leurs propres mains, à Saubion, sur la zone artisanale Le Petit Plach, Olga et Michel se sont dit qu’ils allaient construire une cabane dans les arbres, dans les chênes, plus exactement, et transférer ainsi leur activité commerciale de bouquiniste.

Arbres centenaires

Les travaux ont démarré en janvier 2013. Deux cabanes apparaissent petit à petit autour de ces arbres centenaires. D’une hauteur sous plafond d’environ trois mètres, une première fait une superficie de cent mètres carrés et sera remplie de livres d’occasion. La seconde, de soixante mètres carrés, sera dédiée aux rencontres, à l’organisation de causeries et de conférences pour enfants et adultes, sur le bien-être, l’éducation et l’art.

« C’est une ossature en bois posée sur une vingtaine de pilotis en bois issus de la tempête Klaus », résume Michel, passionné d’architecture, qui a déjà six maisons à son actif. Des proches viennent les aider régulièrement dans le cadre de chantiers participatifs. « Nous avons fait livrer 1 200 bottes de paille, pour remplir les murs, les plafonds et les planchers et, ainsi, isoler totalement les lieux sur 35 centimètres de largeur. »

Ajoutez une rampe d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, un toit en pente et des toilettes sèches et le tour est joué.

Idée savoureuse que d’imaginer, finalement, que la boucle est bouclée. Le livre retourne à sa matière première d’origine, le bois. Ouverture à l’année, prévue fin mai 2014, au moins pour la partie librairie.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : Sud-Ouest

Lire aussi : Les livres, ça sert aussi à faire l’écologie

17 janvier 2019
Un an après l’abandon de Notre-Dame-des-Landes, toujours trop d’aéroports
Info
16 janvier 2019
En Belgique, un quartier de cabanes et de roulottes depuis cinquante ans
Alternative
16 janvier 2019
Pourquoi les ingénieurs ne sont-ils pas plus écolos ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre