Ils font disparaître les vieux téléskis

Durée de lecture : 2 minutes

6 décembre 2013 / Mountain Wilderness

Le démontage des installations obsolètes se poursuit en montagne.


Situés en site protégé puisqu’à la fois dans la Réserve naturelle du Combeynot, en zone Natura 2000 ainsi qu’en zone cœur du Parc national des Écrins, deux téléskis obsolètes depuis bientôt 10 ans ont été démontés cet automne au Col du Lautaret (Hautes-Alpes).

Et voilà... c’est encore plus de 35 tonnes de ferrailles et béton qui ont été retirées de ce site exceptionnel. Afin de préserver les pelouses alpines et les zones humides, l’évacuation a été faite, selon les types de matériel, par portage manuel, engins motorisés légers ou héliportage. Les différents éléments ont été stockés provisoirement sur le parking avant d’être acheminés vers des centres spécialisés dans le retraitement des déchets.

Avec les chantiers de l’année 2013, Mountain Wilderness a franchi un cap concernant la problématique des installations obsolètes. Jusqu’à présent toutes les opérations étaient organisées et portées par des bénévoles (reconnaissance de terrain, évaluation des déchets et considérations techniques…) et coordonnées par une chargée de mission de l’association. Même si les repérages sont encore le fait de bénévoles, pour certaines opérations, des élus ont sollicité directement l’association, ou l’organisme public gestionnaire du site, ce qui a été le cas pour ce démantèlement du col du Lautaret.

Mountain Wilderness a œuvré dans les coulisses avec tout son savoir-faire dans le domaine des installations obsolètes et a permis d’établir devis et demandes de subventions.

C’est grâce à la collaboration du Syndicat mixte des stations villages de la Haute Romanche, maître d’ouvrage, et du Parc national des Écrins, et à des financements européens et nationaux que ce chantier a pu aboutir.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Mountain Wilderness

Lire aussi : Ils débarrassent la montagne des installations obsolètes

20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie




Du même auteur       Mountain Wilderness