L’agroécologie peut rendre fertile le Sahel

Durée de lecture : 1 minute

9 janvier 2017 / René Billaz



  • Présentation du livre par son éditeur :

L’agronomie moderne est sollicitée pour répondre à deux questions majeures : « produire sans dégrader » et « développer sans exclure », auxquelles sa forme conventionnelle n’a pas de réponse, particulièrement au Sahel. L’agroécologie prétend en être l’alternative. L’auteur soutient ici qu’elle pourrait y parvenir au Sahel, et ce malgré les contraintes physiques (climat tropical subaride, sol pauvre) et la croissance démographique. L’ouvrage revient sur les défis que sont prêts à relever des paysans et agronomes ainsi que sur le besoin de concevoir des modèles institutionnels originaux pour l’innovation agricole.


  • Faire du Sahel un pays de cocagne. Le défi agroécologique, par René Billaz, éditions L’Harmattan, 286 p., 27,06 €.

Source : éditions L’Harmattan





Lire aussi : Dans les pays du Sud, les paysans subissent déjà les effets du changement climatique
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage
28 septembre 2020
« Le Covid ne doit pas étouffer nos luttes » : à Paris, des activistes écolos ont occupé une place
Reportage
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique