L’atelier itinérant rend la santé aux vélos nantais

Durée de lecture : 3 minutes

12 février 2014 / Irina Rasoa (Citycle)

Une panne mécanique, une crevaison, … les problèmes techniques en vélo sont nombreux et il faut être paré à toute éventualité pour poursuivre sa route. Encore faut-il savoir le faire. L’association Vélocampus parcourt les routes nantaises pour transmettre son savoir de l’entretien et de la réparation.


Depuis quelques temps, les Nantais voient apparaitre sur la route un vélo tractant une curieuse charge : la « Charrette ». Attelée au cycle, cette boîte à outils itinérante permet au cycliste de Vélocampus de partir à la rencontre des associations et autres entreprises de la ville qui l’ont appelé pour être formées à la réparation du vélo. L’association espère ouvrir ses services aux particuliers en 2014.

La Charrette est née de l’esprit d’une dizaine d’adhérents de Vélocampus, association qui s’est fait connaitre dans l’agglomération nantaise par le prêt de vélos aux étudiants. La Charrette permet à l’organisation de proposer un outil pédagogique ambulant apprenant un savoir-faire utile aux cyclistes les rendant ainsi autonomes et parés contre les petits tracas du vélo.

La remorque à outils transporte l’équipement du bricoleur classique, clé Allen, tournevis, … mais aussi le matériel plus spécifique à la pratique du vélo comme une clé à rayon ou un extracteur de manivelle. Tout est fait pour réparer un vélo dans les meilleurs conditions possibles.

Cette initiative a pour but de sensibiliser à la pratique du vélo. Vélocampus travaille ainsi pour une mobilité douce grâce à l’échange et à l’apprentissage. Un belle idée !


Présentation par l’association :

La Charrette
Atelier mobile de réparation de vélos

Sortie de l’esprit des adhérents, la Charrette est maintenant sur pieds et sur roues !
Inaugurée à 2 ou 3 reprises déjà, elle n’attend plus qu’une chose : sortir le plus possible de sa tanière !

Qu’est ce que c’est ?

C’est un outil pédagogique ambulant pour vous apprendre à entretenir et réparer votre bicyclette, avec l’aide de techniciens et les outils adaptés à la réparation cycles.

Avec la Charrette, Vélocampus vous propose de :
- transmettre des savoir-faire utiles,
- devenir autonome dans l’entretien et la réparation de votre vélo,
- favoriser les travaux collectifs, l’échange,
- sensibiliser au réemploi et à la mobilité douce.

Vous souhaitez participer à des ateliers ?
Deux options s’offre à vous :

- En tant que bénévole : on a besoin de vous !
Venez rencontrer Maël à l’atelier pour connaître les prochaines sorties et les besoins en bénévoles.

- En tant qu’utilisateur :
La Charrette est régulièrement de sortie sur des événement ou dans des lieux publics parfois proches de chez vous, les infos sont aussi sur l’agenda, n’hésitez pas à nous rejoindre !

Consultez l’agenda

Vous souhaitez faire venir la Charrette sur un événement ou dans un établissement ?

Il existe deux formules :

1 - Contrôle technique de vélo
Les vélos des participants sont contrôlés conjointement par les intéressés et un technicien animateur pour procéder au contrôle technique qui comprend :
- un diagnostic général de l’état mécanique du vélo
- une sensibilisation sur la sécurité et les équipements obligatoires
- une remise d’un rapport technique à l’utilisateur résumant les réparations à effectuer.

2 - Atelier de vélonomie
En plus du contrôle technique (cf 1re formule), nos techniciens vous accompagnent, vous dirige et vous conseillent sur les réparations nécessaires au bon fonctionnement de votre vélo dans le but de vous rendre vélonome.

Pour plus d’informations contactez l’équipe Vélocampus via l’adresse charrette[at]velocampus.net.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Citycle

Lire aussi : Le nombre d’ateliers vélo participatifs et solidaires explose

16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ouvrent une Maison des peuples à Paris XXe
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien