L’écologie est plus importante que le burkini

Durée de lecture : 3 minutes

29 août 2016 / par kempf

Allez, on rentre ! Parce qu’il faut informer et parler des vrais sujets...

Ah que ça fait du bien ! Pendant quatre semaines, l’équipe de Reporterre s’est égaillée aux quatre coins de France. La pause, tout simplement, et d’excellents moments vécus par chacune et chacun. On souhaite que pour vous, cela a été pareil.

Et maintenant, la reprise. Où la présence d’une voix permanente sur l’écologie est plus que jamais nécessaire, alors que tout le mois d’août a été occupé sur les estrades de l’actualité par l’affligeant débat sur le burkini. Comme si n’avait aucune importance le fait que le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré. Comme si le fait que, selon l’analyse de l’empreinte écologique, la planète a dépassé le 13 août sa consommation des ressources naturelles renouvelables ne méritait pas un mot des politiques. Comme si le constat que la biodiversité est rapidement détruite par la déforestation et l’expansion des surfaces agricoles n’avait pas d’importance.

Mais heureusement, les bonnes nouvelles sont aussi là, sous le radar d’une actualité qui voudrait nous obliger à ne penser qu’à « l’identité » - quel mot policier !

Dans l’océan Pacifique, la plus grande réserve marine du monde est créée autour d’Hawaï. A Bure, les manifestant(e)s ont réussi le 10 août à faire tomber le mur que voulait imposer l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs dans le bois Lejuc. Et en Allemagne, le vice-chancelier Sigmar Gabriel juge que les négociations sur le Tafta (Traité transatlantique de libre échange) ont échoué. Ce qui montre que, plus que jamais, ce sont les luttes citoyennes qui feront changer les choses.

L’année va être dominée en France par la campagne pour les élections présidentielles. On devine, à la voir s’amorcer entre burkini et identité, à quel point elle risque de passer à côté d’enjeux essentiels, que sont la crise écologique planétaire et l’injustice sociale qui préside aujourd’hui à l’ordre des choses. Ce sera la tâche de Reporterre, avec beaucoup d’autres, nous l’espérons, de faire entendre, jour après jour, la voix de l’écologie. Une écologie de lutte, d’alerte, mais optimiste, aussi, et soucieuse de vivre ensemble.

Nous suivrons donc avec attention ceux des politiques qui placent l’écologie au premier plan de leurs préoccupations. Nous continuerons notre travail sur « Ecologie et quartiers populaires » - car la paix civile dépend d’abord de la volonté de vivre ensemble. Nous explorerons avec enthousiasme les alternatives qui fleurissent avec énergie aux quatre coins du monde. Et parce que le monde n’est rien sans beauté, et que la nature est une des plus belles sources de beauté, nous cheminerons vers de nouvelles « balades naturalistes ».

Avec vous, avec votre soutien, votre intérêt, pour soutenir le quotidien de l’écologie, plus libre que jamais, sans actionnaire, sans publicité. Bonne rentrée !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : Graf dans le quartier de la Croix Rousse, à Lyon, juillet 2016 (@ACLibertaire)

21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
21 octobre 2019
Face à l’acharnement judiciaire, le Comité Adama tisse des liens avec d’autres luttes
Info


Du même auteur       kempf