L’incroyable procès où les écologistes sont traités comme des terroristes

17 mai 2014 / Nicholas Bell



C’est un procès ahurissant qui aura lieu à huis-clos jeudi 22 mai à la prison des Vallette à Turin. Quatre militants sont jugés pour destruction de matériel (aucune atteinte aux personnes) dans des conditions dignes d’un procès anti-mafia : en isolement complet depuis leur arrestation, ils seront entendus par vidéo depuis leur cellule.


Le procès qui débutera le jeudi 22 mai prochain à la prison des Vallette à Turin va se dérouler dans des conditions ahurissantes, dignes d’un grand procès anti-mafia. Les inculpés qui sont à l’isolement complet depuis leur arrestation, seront entendus depuis leur cellule par captation vidéo, les membres du jury escortés par des policiers et tout un arsenal de lois antiterroristes appliquées à ces quatre militants alors que les faits relèvent uniquement de la destruction de matériel (aucune atteinte aux personnes) sur le chantier du TGV Lyon-Turin dans la vallée de Susa.

Le document joint, très complet, a été rédigé pour attirer l’attention du public européen sur l’utilisation parfaitement scandaleuse de l’accusation de terrorisme contre quatre militants d’un mouvement populaire de contestation qui n’a cessé de dénoncer la démesure et le coût exorbitant de ce projet de ligne TGV.

- Le document -

La Commission européenne partie civile

La portée européenne du procès est encore renforcée par le fait que la présidence de la Commission européenne s’est portée partie civile au titre de ses intérêts dans un projet qu’elle soutient depuis le début. 132 parties civiles seront représentées à ce procès inique, des entreprises de travaux publics aux ouvriers présents sur le chantier le soir où ont eu lieu les faits incriminés.

Il faut absolument empêcher que cette affaire ne soit traitée par la justice italienne que dans le huis-clos de la prison des Valette et lui donner un large retentissement. Il faut aussi dénoncer l’implication de la Commission européenne dans cette affaire au moment même où des élections vont avoir lieu au Parlement européen.

C’est l’avenir des mouvements de contestation de ce genre de méga projet totalement impopulaire, inutile (une ligne ferroviaire existe déjà) et terriblement dispendieux (alors que l’Europe et les gouvernements imposent aux peuples des mesures d’austérité draconiennes) qui est en jeu.

Un appel est lancé en France et en Europe par le Forum civique européen pour que des juristes et des observateurs des organisations de droits de l’homme se rendent à Turin à l’ouverture du procès, le 22 mai prochain.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre de Nicholas Bell

Photo : Rebellyon.info

Lire aussi : Non, s’opposer aux grands projets inutiles n’est pas du « terrorisme »

Et aussi : Révélation sur le Lyon Turin : les marchandises n’y passeront pas.


Merci de soutenir l’information libre sur Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre
19 septembre 2017
La faim dans le monde augmente pour la première fois depuis dix ans
Info
20 septembre 2017
Madame la députée, votez contre la banalisation de l’état d’urgence
Tribune
19 septembre 2017
Pour Bruno Latour, « le monde est peuplé de fous » et« il n’y aura pas de sortie du tunnel »
À découvrir


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Nicholas Bell