La bataille contre le pétrolier Shell est engagée à Seattle

Durée de lecture : 6 minutes

16 mai 2015 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

La compagnie pétrolière Shell persiste à vouloir aller forer le pétrole de l’Arctique. Piétinant ses promesses sur le climat, Barack Obama lui a donné le feu vert. Mais la mobilisation monte, et ce week-end, des kayaks vont envahir le port de Seattle pour s’opposer à l’amarrage de la plate-forme pétrolière.


Des centaines de « kayaktivistes » viennent à Seattle, dans l’Etat de Washington au nord-ouest des Etats-Unis, ce week-end du 16 au 18 mai, pour bloquer Polar Pionneer, l’énorme plate-forme de Shell qui est arrivée en vue du port, celle-là même sur laquelle six activistes de Greenpeace avaient déjà installé un camp, en avril dernier, alors qu’elle faisait route vers la ville.

Seattle devrait servir de base à Shell pour ses nouveaux forages en Arctique. La société prévoit de forer jusqu’à six puits offshore dans la mer des Tchouktches, qui s’étend au nord du détroit de Béring entre l’Alaska et de la Russie.

Carte de la mer des Tchouktches

Pourtant, Ed Murray, le maire de Seattle, avait déclaré le 4 mai, que les immenses plates-formes et les navires logistiques de Shell qui doivent s’y amarrer pour assurer la maintenance des forages, n’entrent pas dans le cadre du permis actuel, et le conseil municipal de Seattle a voté à l’unanimité une résolution exhortant le Port à reconsidérer son bail avec Shell. Le conseil d’administration du Port de Seattle, bien qu’il demande à la ville de reconsidérer sa position, a néanmoins ordonné à Shell de retarder l’arrivée de ses plates-formes et exigé un examen juridique des plans de forage.

Mais Shell reste impassible devant les protestations et les questions réglementaires et fait comme si de rien n’était… risquant ainsi que la ville lui inflige des amendes.

Méprisant le risque climatique, Obama a donné le feu vert

En juillet 2012, le Discoverer-Noble, une plateforme de forage de Shell dont l’ancre s’était détachée, avait failli s’échouer sur les côtes de la ville d’Unalaska, avant d’être finalement remorquée. Une inspection des garde-côtes avait détecté des défaillances de la propulsion du navire et des systèmes de sécurité.

Ensuite, une autre plate-forme de forage, le Kulluk, s’était échouée fin décembre sur une plage d’une île inhabitée d’Alaska après que l’amarre des deux remorqueurs qui devaient l’emmener à Seattle pour des opérations de maintenance s’était rompue, dans une tempête.

Plate-forme Polar Pioneer à Los Angeles

La région a déjà vécu l’une des plus grosses marées noires de l’histoire en 1989, lors de naufrage du pétrolier américain Exxon-Valdez, déversant quelque 40 millions de litres de brut dans la mer et polluant 1 300 kilomètres de côtes.

« Si Shell exploite le pétrole de l’Arctique, il y 75 % de probabilités qu’il y ait un accident et 100 % pour qu’il y ait des conséquences néfastes sur le climat »  : c’est le message adressé par les activistes à Obama, publiée fin avril sur une grande page de pub dans USA Today, un des grands journaux américains.

Mais le jeudi 14 mai 2015, le président Obama, méprisant le risque climatique, a défendu sa décision d’autoriser les forages de Shell dans l’Arctique, oubliant sans doute aussi la déclaration de son secrétaire d’État aux affaires intérieures de l’époque, Ken Salazar, qui avait exprimé son « trouble » devant cette « série d’incidents » et ordonné une enquête de soixante jours sur la politique de forage de Shell, en plus d’une enquête des garde-côtes américains sur les accidents. Deux de ses anciens conseillers, Carol Browner et John Podesta, avaient aussi appelé à l’arrêt définitif des forages dans l’océan Arctique.

Le Bureau américain de la gestion de l’énergie océanique (BOEM) a déclaré lundi 11 mai dernier, que l’autorisation était subordonnée au respect par Shell d’une nouvelle série de contraintes concernant la sécurité des forage et le respect des lois fédérales protégeant les mammifères marins et les espèces en voie de disparition.

Obama a affirmé que Shell « a été obligée de revoir sa copie et de repenser son projet » avant que le gouvernement n’accepte, et que ces forages ne sont qu’une « transition pendant laquelle la production américaine de pétrole et de gaz naturel continuera. »

En 2008, un rapport de l’US Geological Survey a relancé les enchères, estimant qu’il y aurait dans l’Arctique 13 % des réserves mondiales de pétrole non encore découvertes (environ quinze milliards de barils) et 30 % de celles de gaz. Les permis d’exploration offshore se sont multipliés, y compris dans des zones difficiles. La compagnie norvégienne Statoil exploite déjà le gisement gazier Snøhvit, dans la mer de Barents. Exxon Mobil (en mer de Kara), ENI et Statoil se sont alliés au Russe Rosneft. Le Groenland propose sa zone côtière ouest, après celle de l’Est. Shell a déjà dépensé six milliards de dollars pour exploiter les nouvelles réserves de pétrole et de gaz, en mer des Tchouktches, dans l’un des environnements maritimes les plus dangereux du monde.

Toutes les sociétés de pétrole ont un œil, ou un pied déjà, dans l’Arctique. Et Obama avait probablement à l’esprit le montant de leurs contributions aux membres du Congrès (327 millions de dollars) et à sa propre campagne (beaucoup moins qu’à Romney tout de même), même si Shell est une société anglo-néerlandaise, car interdire à Shell de forer serait un fâcheux précédent.

Un des derniers paradis écologiques

Contre les géants pétroliers, des kayaks protestent ce week-end dans le port de Seattle

Les mers arctiques de l’Alaska sont un sanctuaire non seulement pour des dizaines de milliers de baleines, mais aussi pour des centaines de milliers de morses et de phoques, des millions d’oiseaux, des milliers d’ours polaires, et une centaine d’espèces, d’innombrables poissons, sans parler de toute la vie sous-marine invisible, phytoplancton, étoiles de mer, holothuries, concombres de mer, oursins et clypéastres. L’océan Arctique est l’un des derniers paradis écologiques marins qui subsiste sur terre. Mais ça, Obama l’a probablement oublié aussi.

Le contrat de Shell avec le port lui permet de forer dans la mer des Tchouktches jusqu’en 2020. En plus, elle aura encore besoin d’autres autorisations d’organismes provinciaux et fédéraux pour forer dans l’Arctique et pour évacuer les eaux usées. Les activistes, de leur côté, comptent bien la tenir à l’œil : « Plus Shell est surveillée, mieux on verra qu’ils sont susceptibles de ne pas répondre aux exigences inscrites dans le plan d’exploration, ou dans les permis nécessaires pour travailler dans l’Arctique », estime Travis Nichols, de Greenpeace USA.

C’est pourquoi, la société, prévoyant « de retards nombreux et inattendus » a d’ores et déjà demandé au gouvernement fédéral d’allonger son permis d’exploration de plusieurs années.


Sources utilisées pour cet article :
. Seattle Times
. Democracy Now
. Price of oil
. Le site des opposants à Shell
. La pétition de Greenpeace


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La pression pétrolière s’accroit sur l’Arctique, fragilisé par le changement climatique

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre

Photos : Greenpeace
. chapo : Greenpeace USA (Grist)

THEMATIQUE    International Luttes
15 octobre 2019
Lubrizol : des analyses rassurantes, mais insuffisantes
Enquête
15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Sur les mêmes thèmes       International Luttes





Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)