La biodiversité des sommets évolue (trop) rapidement

Durée de lecture : 2 minutes

5 avril 2018

La biodiversité au sommet des montagnes européennes augmente de plus en plus vite, a démontré une équipe de recherche internationale, dont les résultats ont été publiés mercredi 4 avril dans la revue Nature. Les scientifiques mettent en évidence une colonisation des sommets de plus en plus rapide par la flore de niveaux inférieurs. Ce n’est pas une bonne nouvelle, car cela indique que les écosystèmes montagnards pourraient ainsi être fortement perturbés à l’avenir.

C’est un nouvel indice de ce que les chercheurs appellent « la grande accélération », c’est à dire l’augmentation de plus en plus rapide des valeurs de différents paramètres à travers le monde (recul des glaciers, blanchiment des coraux, etc.), observée ces dernières années en réponse au réchauffement climatique. Cette étude montre qu’elle est aujourd’hui perceptible dans les sites les plus reculés de la planète : les sommets de montagne.

Ce sont 302 sommets de différents massifs d’Europe (Alpes, Pyrénées, Carpates, etc.) qui ont été étudiés. Pour 87% d’entre eux, les plantes ont profité de conditions météorologiques de plus en plus clémentes pour les coloniser. Une migration qui concerne même les espèces réputées pour se déplacer lentement. Le nombre d’espèces végétales ayant colonisé les sommets européens entre 2007 et 2016 serait ainsi cinq fois supérieur à celui observé entre 1957 et 1966. De plus, les chercheurs montrent que cette tendance concorde avec l’augmentation des températures.

Jusqu’à présent, aucune extinction d’espèces des sommets n’a été observée mais la cohabitation pourrait ne pas durer. Ainsi, certaines plantes des sommets pourraient être amenées à disparaître car il leur serait impossible de migrer vers une altitude supérieure ou de rivaliser avec les espèces plus compétitives des niveaux inférieurs. Un déséquilibre du fonctionnement de l’écosystème montagnard serait alors à craindre.



Lire aussi : Le changement climatique aura des effets désastreux sur la biodiversité


22 octobre 2019
Des opposants à Amazon ont perturbé l’inauguration d’un entrepôt
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2019
Après 22 mois de fermeture, la ligne Perpignan-Villefranche-de-Conflent peut rouvrir
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2019
Deux climatosceptiques et une salariée de Total auditionnés pour les programmes scolaires sur le changement climatique
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
Un garde forestier assassiné en Roumanie
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
L’ONF abandonne l’usage de pesticides en forêt publique
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
Les Verts progressent fortement aux élections en Suisse
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2019
Etouffé par la chaleur, le Qatar climatise même les rues
Lire sur reporterre.net
19 octobre 2019
L’Eglise catholique pourrait qualifier de « péché » les actes anti-écologiques
Lire sur reporterre.net
18 octobre 2019
Notre-Dame : six mois après l’incendie, le scandale de la contamination au plomb
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
Cambriolée, la rédaction de Streetpress a besoin de soutien
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
Dans les lacs, les algues se multiplient à cause du changement climatique
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
Un écologiste assassiné en Indonésie
Lire sur reporterre.net
17 octobre 2019
La pêche électrique détruit les écosystèmes, confirme une étude
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2019
Les décrocheurs parisiens de portraits de Macron condamnés à 500 € d’amende
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2019
La loi énergie-climat devant le Conseil Constitutionnel
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Climat
21 octobre 2019
Le mouvement pour le climat Alternatiba veut peser sur les municipales
Reportage
22 octobre 2019
Allié des agriculteurs, le renard est pourtant abattu. Arrêtons le massacre !
Tribune
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info


Sur les mêmes thèmes       Climat