Le changement climatique aura des effets désastreux sur la biodiversité

14 mars 2018 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Selon une étude scientifique publiée ce mercredi en partenariat avec le WWF, le rythme actuel d’émission de gaz à effet de serre conduira à un effondrement rapide de la biodiversité dans les régions qui en sont le plus dotées.

On savait une sixième extinction probable, mais la menace d’une disparition massive d’animaux et de plantes se précise à chaque nouvelle publication scientifique. Celle publiée ce mercredi 14 mars dans la revue Climate Change, menée par le WWF en partenariat avec des chercheurs de l’université d’East Anglia (Angleterre), prédit un avenir bien sombre à notre planète.

D’après cette étude, « si le réchauffement planétaire se poursuit jusqu’à atteindre + 4,5 °C, près de 50 % des espèces qui vivent actuellement dans les régions les plus riches en biodiversité seront menacées d’extinction d’ici 60 ans ». Ce risque serait réduit de moitié si nous maintenons la hausse de la température moyenne mondiale en dessous de 2 °C.

  • Télécharger le rapport :

Pour parvenir à ces résultats, le WWF a modélisé les conséquences d’un dérèglement climatique dans 35 régions de la planète sur les plantes, les oiseaux, les mammifères, les amphibiens et les reptiles, selon trois scénarios : un réchauffement à + 2 °C (fourchette haute de limitation de la température moyenne mondiale fixée par l’Accord de Paris à « bien en dessous de 2 °C ») ; un réchauffement à + 3,2 °C (température moyenne mondiale prenant en compte la valeur médiane des engagements pris à la COP21 par les pays pour réduire leurs émissions pour 2025 et 2030) ; un réchauffement à + 4,5 °C (température moyenne mondiale si aucun effort n’est fait pour ralentir le rythme actuel des émissions, dit scénario du « laisser-faire »).

Une grenouille amazonienne.

« Dans la plupart des cas, le changement climatique signifie plus de sécheresse » 

Ce n’est pas un énième rapport sur la catastrophe écologique, insiste Pierre Cannet, du WWF. « Pour la première fois, on fait le lien concret, modélisé, entre réchauffement et biodiversité, explique-t-il à Reporterre. On a isolé la pression du changement climatique — changements des températures, de la pluviométrie et de la couverture nuageuse — des autres facteurs comme le morcellement des terres, la déforestation, le braconnage.  »

Une orchidée amazonienne.

Certaines écorégions, et avec elles les espèces qu’elles abritent, sont en effet particulièrement fragiles face au choc climatique, même dans un monde à + 2 °C. Parmi elles, le sud-ouest de l’Australie, les forêts du Miombo, au centre-sud du continent africain, qui abritent des dizaines de milliers d’éléphants, ou la côte est du continent africain. « Dans la plupart des cas, le changement climatique signifie plus de sécheresse, précise Pierre Cannet. Mais cette étude n’inclut pas les événements climatiques extrêmes, difficiles à modéliser. » D’après l’étude, « il est prévu que les températures saisonnières moyennes dépassent celles qui n’avaient été préalablement observées qu’à l’occasion des années les plus chaudes des cinquante dernières années ». L’extrême d’aujourd’hui pourrait devenir la norme de demain.

Protea du fynbos typique de la province sud-africaine du Cap.

En Amazonie et sur le plateau des Guyanes, qui abritent actuellement plus de 10 % de toutes les espèces connues sur Terre, six espèces de plantes sur dix pourraient disparaître si rien n’est fait pour juguler les émissions de gaz à effet de serre. Cette région serait aujourd’hui le terreau de plus de 80.000 espèces végétales, nombre d’entre elles étant endémiques. Même la plus petite hausse de température, moins de 2 °C, menacerait d’extinction 40 % des plantes.

Une tortue méditerranéenne.

Autre cas inquiétant, la Méditerranée, « déjà au bord du burn out du fait des activités humaines », relève Pierre Cannet. Même si les États tiennent leurs engagements pris à Paris en 2015, qui aboutissent d’après les prévisions à un réchauffement de 3,2 °C, il est prévu que plus de la moitié de toutes les espèces de plantes et d’un tiers à la moitié des autres groupes d’espèces disparaissent, d’après le rapport.

Renforcer les moyens alloués à l’adaptation et à la conservation des habitats 

Parmi les espèces menacées, les emblématiques tortues marines (la tortue luth, la tortue verte et la caouanne). La température du sable où les femelles pondent déterminent le sexe des tortues. Les mâles sortent ainsi des œufs venant de la partie du nid la plus profonde et la plus fraîche. Une hausse des températures pourrait donc conduire à la naissance uniquement de femelles, et mettre en danger la survie de l’espèce.

La forêt amazonienne.

« La plupart des espèces ont une capacité d’adaptation ou de dispersion, souligne Pierre Cannet. Elles peuvent par exemple migrer dans des zones plus favorables. Les tortues femelles peuvent pondre dans des sables plus frais, les éléphants d’Afrique peuvent se déplacer pour aller chercher de nouveaux points d’eau… pourvu qu’on n’ait pas mis des routes, des grillages ou des villes sur le passage ! Il ne faut pas que les espèces se retrouvent dans des culs-de-sac. » D’après les modélisations réalisées par le WWF, si les espèces peuvent s’adapter en se dispersant, en cas de scénario à + 4,5 °C, deux cinquièmes de l’ensemble des groupes seraient exposées à un risque de disparition, en baisse par rapport aux 48 % prévus en cas de non-dispersion.

Des kangourous du Sud-Ouest australien.

C’est pourquoi l’ONG, tout en appelant les gouvernements à élever leurs engagements climatiques, demande que les moyens alloués à l’adaptation et à la conservation des habitats soient renforcés. « On ne peut pas travailler climat et biodiversité séparément, insiste M. Cannet. Les deux sont étroitement liés. Les sommets et les politiques climatiques doivent prendre en compte la question de la conservation de la nature. »

Des éléphants est-africains.

Et de conclure : « Au-delà des espèces symboliques qui sont menacées, comme les tortues, les éléphants ou les pandas, il faut surtout réaliser que tous les êtres vivants sont concernés, car si la moitié des espèces disparaît à cause du changement climatique, cela bouleversera l’ensemble des chaînes alimentaires et des écosystèmes. In fine, en tant qu’espèce au cœur de la nature, l’humanité serait aussi menacée. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les effets ravageurs du réchauffement climatique sur la biodiversité

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. chapô : une tortue est-africaine. © Jonathan Caramanus / Green Renaissance / WWF-UK
. grenouille : © J.J. Huckin / WWF-US
. tortue : © Michel Gunther / WWF
. éléphants : © Martin Harvey / WWF
. orchidée : © Juan Pratginestos / WWF
. protea : © Martin Harvey / WWF
. paysage amazonien : © Day’s Edge Productions / WWF-US
. kangourous : © naturepl.com / Fred Olivier / WWF



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Animaux

THEMATIQUE    Climat
14 juillet 2018
Radio Bambou : La Bièvre, ou l’histoire de la renaissance d’une rivière
Chronique
18 juillet 2018
Dans le Lot, les résidus de la méthanisation polluent les sols
Tribune
18 juillet 2018
En sauvant leurs pubs, les Anglais font revivre leurs villages
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)