La facture énergétique de la France a explosé en 2011

Durée de lecture : 2 minutes

5 novembre 2012 / B2b-énergies



61 millliards de déficit commercial en 2011 sur le poste énergie. Et toujours pas de politique d’économie d’énergie.


La facture énergétique de la France a battu son record en atteignant 61,4 milliards d’euros l’an passé, près de quatre fois plus qu’il y a vingt ans, selon un rapport du ministère de l’écologie présenté jeudi 19 juillet. « A elle seule, la facture énergétique représente 88 % du déficit commercial de la France », souligne le Commissariat général au développement durable dans son Bilan énergétique de la France pour 2011.

Le précédent record remontait à 2008, années de pics pétroliers, avec 58,1 milliards d’euros (59,2 milliards en euros constants). Même en euros de 2011, la facture reste au-delà des sommets du début des années 80 consécutifs aux chocs pétroliers de 1973 et 1979. Le fardeau énergétique de la France atteint désormais 3,1 % du PIB en 2011, là encore au-delà des 3 % de 2008. Du fait de la croissance économique, ce niveau reste cependant inférieur à ses sommets du début des années 80, où il était juste sous les 5 %.

RECORD DE LA FACTURETROLIÈRE

Coupable tout trouvé : le pétrole, qui a représenté 82 % de la facture énergétique l’an passé, devant le gaz (19 %), les exportations d’électricité permettant d’alléger un peu la note (– 4 %).

La Russie était toujours l’an dernier le premier fournisseur de la France en pétrole brut, avec 14,8 %. Le Kazakhstan (12,8 %) et l’Arabie saoudite (10,4 %) ont ravi la 2e et la 3e place à la Libye et à la Norvège, sur le podium en 2010.

Elément notable, la facture pétrolière a battu des records alors que la quantité, elle, a plongé : en 1973, la France importait 134,9 millions de tonnes d’or noir. En 2000, les importations étaient encore de 85,6 millions de tonnes. En 2011, on est tombé à 64,4 millions.

Le Moyen-Orient, d’où provenait 71,4 % du pétrole consommé en France en 1973, ne représente plus que 18,9 %. La principale région d’approvisionnement pour la France vient des pays de l’ex-URSS (36,3 %), devant l’Afrique (29,2 %) et la mer du Nord (14,1 %).…






Source : lemonde.fr

Lire aussi : La facture énergétique de la France s’alourdit

30 septembre 2020
Dans le Tarn, un village se rebelle contre une mine de tungstène
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
1er octobre 2020
M. Bezos, à quoi ça sert d’être chaque jour plus riche ?
Tribune