La mobilisation paye, victoire pour le vélo à Biarritz

Durée de lecture : 2 minutes

6 février 2012 / Bizi !

Biarritz a longtemps fermé la porte au vélo. Une mobilisation citoyenne a contribué à faire sauter un verrou tenace.


Action au salon de l’auto de Biarritz, campagne d’information auprès des habitants, campagne Bizi Kleta et remise symbolique d’un vélo au maire de Biarritz le 3 décembre dernier à l’occasion du Sommet de Durban sur le réchauffement climatique : la mobilisation du dernier trimestre 2011 pour une politique cyclable à Biarritz a payé. Les premiers aménagements cyclables verront le jour à Biarritz dans les mois à venir (Sud Ouest).

Cela montre une fois de plus que la mobilisation citoyenne peut faire changer les choses.

« Nous sommes satisfaits qu’enfin la voix des cyclistes trouve un écho favorable auprès du maire. C’est une première victoire pour tous les usagers du vélo ! », a déclaré M. Iban Grossier, représentant de Bizi !. « Cependant, il faut être réalistes. Peindre une piste cyclable sur la chaussée et mettre quelques panneaux ne suffiront pas à sécuriser les déplacements à vélo dans Biarritz ». Bizi ! insiste sur le fait que pour développer la pratique de la bicyclette en ville, il faut de véritables pistes cyclables pour notamment permettre aux enfants d’aller à l’école en toute sécurité à vélo. « Nous suivrons avec une grande attention la mise en œuvre de ces premiers aménagements ainsi que l’expérimentation des doubles sens cyclables ». Quant à la fermeture à la circulation automobile du périmètre situé entre l’Hôtel du Palais et la rue Mazagran un dimanche matin par mois, Bizi ! espère que cela préfigurera la création d’une vaste zone 30, voire d’une zone de rencontre limité à 20km/h dans tout l’hyper-centre où la place prépondérante de la voiture sera enfin remise en cause.

Et le bus dans tout ça ?

Le mouvement Bizi ! se déclare par contre très inquiet du sort réservé au bus par la municipalité de Biarritz. En effet, il semblerait que la desserte du centre ville par des voies de bus en site propre ne soit pas garantie. « Sur la question du bus, nous serons vigilants à ce que la ville de Biarritz s’inscrive dans la modernité en garantissant une desserte du cœur de ville par un bus à haut niveau de service en site propre. Pour Bizi ! vélo et bus, même combat ! », conclut Iban Grossier.

---------------------------------------------------------


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Bizi !

Lire aussi : Un vélo pour le maire de Biarritz

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info