La pensée écologique. Une anthologie

Durée de lecture : 1 minute

9 janvier 2015

La pensée écologique. Une anthologie, de Dominique Bourg, Augustin Fragnière.
Pour connaître l’évolution des questions environnementales sur près de deux siècles et découvrir la tradition de pensée que ces questions ont fini par susciter.

À quel moment la conscience écologique, celle d’un tournant destructeur dans nos relations à la nature, apparaît-elle ? À la fin des années soixante, comme cela est généralement admis ? En réalité, dès le XIXe siècle.

Cette anthologie retrace la généalogie de la conscience du caractère problématique de nos relations à la nature, avec des écrits forts et originaux, de culture européenne, américaine ou même japonaise, souvent méconnus.

Il y est tout autant question d’amour de la nature, de sciences, de peurs et d’apocalypse que d’analyses diverses. Cette première saga environnementale débouche sur la formation progressive d’un courant de pensée original, la pensée écologique.

Tout en s’appuyant sur le constat étayé scientifiquement de la dégradation du système qui nous fait vivre, cette pensée incite à la réorganisation du domaine du pensable et de la société. La pensée écologique n’est donc ni l’écologie scientifique, ni un mouvement social et politique protestataire. Elle s’est confrontée à de grandes questions, constituant ainsi au cours de son histoire un corpus aussi riche et cohérent que profond, dont cet ouvrage donne un aperçu.

Ce livre comporte une centaine d’extraits choisis de textes fondateurs de la pensée écologique et de nombreuses introductions thématiques et notices biographiques.


La pensée écologique. Une anthologie, Dominique Bourg, Augustin Fragnière, PUF, 896 p., 30 €.



Lire aussi : La bibliothèque de Reporterre

Source : PUF

24 février 2020
VIDÉO - Se passer des pesticides chimiques, grâce aux « préparations naturelles peu préoccupantes »
Alternative
25 février 2020
Étendre la durée de la chasse ne limitera pas la prolifération du gibier
Info
24 février 2020
Dans certaines cantines scolaires, la malbouffe fait son œuvre
Tribune