Faire un don
43736 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
55 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La petite coopérative qui veut en finir avec la grande distribution

Durée de lecture : 4 minutes

22 mai 2014 / Benoît Ducasse (Campagnes Solidaires)

La coopérative alimentaire de la Goutte d’Or a ouvert boutique fin janvier dans le nord de Paris. Avec un objectif clair : « Agir plutôt que subir, et créer une vraie alternative à la grande distribution ! »


Au cœur d’un des derniers quartiers populaires de Paris, dans le XVIIIe arrondissement, un simple local de 30 mètres carrés abrite une grande ambition : « tuer la grande distribution » ! Ce sont les termes de Christophe Pradal, mi rigolard mais très déterminé, l’un des animateurs de la coopérative alimentaire de la Goutte d’Or, 38 rue Myrha, ouverte depuis le 28 janvier.

Au départ, Christophe anime une Amap dans le quartier, mais bien vite lui vient l’envie de construire des partenariats pour d’autres types de produits que les légumes. De faire les choses en plus grand. De « sortir de la micro-économie ». L’ancien concept des coopératives de consommations ouvrières du XIXe siècle est retravaillé par un groupe motivé d’une vingtaine de personnes.

Durant trois ans, l’idée chemine, évolue, des divergences apparaissent entre ses promoteurs dont certains partent construire selon d’autres méthodes des systèmes coopératifs plus ou moins proches (1).

Le projet initial finit par aboutir, fidèle à son principe de départ, associant dans un premier temps des consommateurs, réfléchissant à l’implication des producteurs-fournisseurs et à l’évolution en société coopérative d’intérêt collectif (scic) permettant d’associer les divers acteurs avec des tiers telles des collectivités territoriales.

Le statut est pour l’instant celui d’une association loi 1901. Le petit local loué sous bail précaire appartient à la mairie d’arrondissement qui a promis un lieu deux fois plus vaste pour l’automne prochain, ce qui permettra d’entreposer quelques caisses dans une réserve, à ce jour inexistante mais dont le besoin se fait déjà sentir.

Car dès le départ, le succès au rendez-vous : plus de 200 adhérents début mars, s’acquittant de 20 euros de cotisation annuelle. « Des gens de tous âges et conditions, habitant un quartier dépourvu sur plusieurs rues de commerces de proximité, hors enseignes de la grande distribution », précise Christophe Pradal.

Adhérer, ce n’est pas seulement pouvoir acheter, c’est aussi s’engager à tenir une permanence à la boutique durant une demi-journée par semestre. Le temps d’ouverture hebdomadaire augmentera en fonction du nombre des coopérateurs : pour l’instant, le rideau est levé entre deux heures et quart et trois heures, trois jours par semaine.

Sur les étagères, on ne trouve pas encore de tout, mais la gamme au démarrage permet de faire une bonne partie de ses courses. Une trentaine de producteurs fournissent aujourd’hui plus de deux cents références, bio à 80 %. Le réseau se construit là aussi petit à petit, à base de connaissances, partant des amaps, des parents, des amis... On mutualise certains besoins, notamment le transport : tel paysan de telle région viendra livrer ses produits, mais aussi celui de ses amis du voisinage ou sur la route de Paris.

Le premier inventaire pourrait être signé par Prévert : des légumes secs et des soupes de Poitou-Charentes, des œufs, de la crème de marron, de la farine, des fromages, des pâtés, du miel, du cidre, de la bière, de l’huile d’olive de Grèce livrée par la compagne du producteur dont la famille vit à Bagnolet, quelques viandes...

Le principe est celui de l’achat-revente, avec une petite commission de 15 % en moyenne pour faire tourner la boutique qui, à l’instar des autres commerces alimentaires, a été inscrit auprès des services vétérinaires pour pouvoir développer la vente de produits frais et périssables.

Le but est de vendre moins cher que les magasins bio, un système solidaire est à l’étude afin de mutualiser l’accès aux produits de qualité entre revenus disparates. Une charte précise la démarche globale.

L’affaire est désormais lancée, l’avenir ouvert. Christophe Pradal espère pouvoir atteindre les 800 à 900 coopérateurs. Et que d’autres coopératives de ce type se lancent et prospèrent à leur tour à Paris et ailleurs. Car il faudra sans doute un peu de temps et être bien plus nombreux pour en finir avec les grandes enseignes de la distribution...


Note

1- Deux projets existent dans le même arrondissement de Paris. L’un est abouti : celui de la coopérative « alimentaire, sociale et solidaire », l’Indépendante ; l’autre est encore en préparation : le « supermarché collaboratif », porté par la coopérative la Louve, devrait ouvrir en 2015.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article transmis amicalement par Campagnes Solidaires

Photos : Coopérative Goutte d’Or

Lire aussi :
. Le supermarché collaboratif arrive en France‏
. Manifestation contre la première fortune de France, qui bétonne la terre : « Des champs, pas d’Auchan ! »

11 décembre 2019
Manifestation des cheminots : « La grève ne prend pas en otage, elle nous libère ! »
Reportage
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
12 décembre 2019
La bataille pour les retraites est une bataille écologique
Tribune




Du même auteur       Benoît Ducasse (Campagnes Solidaires)