Le centre universitaire de Millau crée un diplôme en restauration collective et alimentation durable

Durée de lecture : 1 minute

2 juillet 2013 / Un plus bio


Le centre universitaire Champollion de Millau, en Aveyron, vient de créer le premier diplôme d’établissement dédié à la « restauration collective et alimentation durable ». Le module répond à une demande grandissante car face à l’ensemble des évolutions règlementaires, contextuelles ou encore technologiques, il fallait créer un corpus d’apprentissages qui permettent de faire face aux besoins des professionnels de la restauration collective publique ou privée, quelle que soit la taille de celle-ci.

Le projet s’inscrit dans une perspective de valorisation des principes de l’alimentation durable, respectueuse de l’environnement, des producteurs et des consommateurs.
La formation se déroulera à Millau, au centre du CNAM, elle se décline sous la forme de 180 heures dans l’année (de deux à trois jours par mois, d’octobre à juin), avec un stage pratique de huit semaines. Conditions d’admission : bac ou cinq ans d’expérience professionnelle.

De nombreux thèmes sont abordés, qui couvrent autant les grands principes nutritionnels que les cadres règlementaires, le plan maîtrise sanitaire et traçabilité, l’approche socio-économique du secteur professionnel.

Au programme également, la pratique des outils informatiques liés à la planification, la gestion des marchés publics/privés, les nouvelles techniques culinaires. Gestion et comptabilité bien sûr, ainsi que gestion des approvisionnements, techniques d’achat, conception et équipements de cuisines, gestion des déchets…

Enfin, les candidats devront conduire un projet d’alimentation durable au sein d’une structure d’accueil (projet tuteuré).



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Un plus bio

Lire aussi : 600 000 emplois créés si on mangeait local...

18 novembre 2019
Gilets jaunes, un an : une féroce répression contre l’union des colères
18 novembre 2019
Ecolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien




Du même auteur       Un plus bio